Le calcul du bonus-malus en assurance voiture

Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Le calcul du bonus-malus en assurance voiture

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Le calcul du bonus-malus en assurance voiture

|
Consultations : 1760
Commentaires : 0
Assurance auto et bonus-malus

Pour les automobilistes, faire le calcul du bonus-malus ou coefficient de réduction-majoration est généralement un véritable imbroglio. Chaque année, le régime récompense les automobilistes vigilants et « sanctionne » les mauvais conducteurs. Tour d’horizon.

Réévaluation du bonus-malus

Le coût de l’assurance voiture est calculé de manière individuelle pour chaque assuré selon de nombreux éléments tels que le nombre d’années de pratique, des caractéristiques du véhicule ou l’attitude du conducteur au volant.

Tous les ans, le bonus-malus passe par une phase de réévaluation. Ce procédé  est effectué à chaque date d’anniversaire du contrat d’assurance voiture. Si, au cours d’une année, l’on ne provoque ou ne subit aucun accrochage, on est gratifié d’un bonus et l’on peut alors bénéficier d’une assurance auto moins chère.

L'incidence du malus

En général, si l’on a essuyé un ou de nombreux accrocs et que l’on est entièrement ou partiellement fautif, on se voit infliger un malus et le montant de l’assurance voiture s’accroît. Quand on procède à un changement de véhicule ou d’assureur, l’on conserve le même bonus-malus qu’auparavant. Le document est en effet automatiquement expédié.

Si par contre l’on accumule les années sans accident, cela signifie que l’on profite à chaque revalorisation annuelle d’une diminution de la cotisation par rapport à celle de l’année précédente. Tous les ans, cette contribution diminue de 5 %, cela  revient à une multiplication  par 0,95 de la participation pour l’année révolue. Néanmoins, le moindre accrochage pour lequel on est reconnu fautif, fait sauter d’un coup le nombre du coefficient de plus de 25 %. Le coefficient ne s’accroît que de 12,5 % si l’on est en partie fautif. Enfin, on conserve son malus durant deux ans au minimum, si durant  cette période, on ne subit aucun accident.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS