Assurance auto

Le coût de la pollution automobile en Europe s'élève à 66,7 milliards €

Publié par le

La pollution auto coûte 66,7 milliards d'euros par an en Europe

Selon une étude indépendante commandée par European Public Health Alliance, la pollution automobile coûte chaque année 66,7 milliards d’euros de frais de santé en Europe. Près de 83 % de la facture est à imputer au diesel. 

La motorisation diesel compte pour 83 % du coût total

La situation devient de plus en plus préoccupante. D’après une étude indépendante commandée par l’Alliance européenne pour la santé publique (EPHA) et relayée par Les Échos, la pollution automobile coûte 66,7 milliards d’euros de frais de santé par an en Europe. Une somme astronomique qui est principalement imputable aux oxydes d’azote (NOx) rejetés par les motorisations diesel. Les auteurs du rapport expliquent en effet que le diesel compte pour 83 % du coût total.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs du centre de recherche indépendant néerlandais CE Delft ont analysé des données provenant de 9 pays de l’Union européenne : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Espagne, Estonie, Hongrie, Slovénie et Roumanie. Soit des pays aux parcs automobiles plus ou moins développés. Il s’agit de la première étude s’intérressant aux seuls frais de santé. Jusqu’à présent les données récoltées et analysées coerceraient la pollution de l’air dans son ensemble. Après le scandale du « dieselgate » en 2015, une enquête avait notamment évalué les coûts économiques (pas seulement sanitaires) à 100 milliards € en France.

La part de véhicules électrifiés ne progresse pas

Selon l’étude, la situation devient de plus en plus préoccupante. Malgré les différentes mesures prises après les révélations faites sur le « dieselgate », les efforts consentis ne sont pas assez nombreux. « Des solutions à faibles émissions et à zéro émission seraient une solution bien plus appropriée », explique dans les colonnes du Guardian l'un des experts. Problème : la trajectoire actuelle du parc automobile européen ne prend toujours pas la bonne direction. D’après les données fournies par l’Agence européenne de l’environnement (AEE), la part de véhicules électriques et hybrides n’a augmenté que de 0,1 % entre 2016 (7,1 %) et 2017 (7,2 %). La motorisation diesel reste quant à elle prédominante en Europe puisqu’elle représente 67 % du parc auto. Les différents Etats membres de l’UE vont donc avoir du travail pour parvenir à leur objectif : réduire de 35 % les émissions de CO2 causées par des automobiles à l'horizon 2030.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES