Assurance auto

Le groupe Volkswagen garde la première place en R&D automobile

Publié par le , Mis à jour le 23/01/2020 à 10:36
354 vues 1 réaction Note

La Lamborghini Terzo Millennio est dotée de quatre moteurs électriques et stocke l'électricité dans sa carrosserie

Le groupe Volkswagen conserve sa place de premier en terme d'investissements consacrés à la recherche et au développement (R&D) dans le secteur automobile, d'après l'édition 2019 du EU R&D Scoreboard publiée le 18 décembre dernier. Cette étude publiée par la Commission européenne classe les 2 500 premières entreprises mondiales en fonction de leurs investissements en R&D. Les données de l'étude concernent l'année 2018 (et jusqu'à fin mars pour les constructeurs japonais).

Volkswagen conserve sa première place dans le secteur automobile mais la cède toutes catégories confondues

En terme de R&D dans le secteur auto, Volkswagen domine très largement avec un total de 13,6 milliards d'euros investis en 2018, représentant une croissance de 3,8 % de ce budget par rapport à l'année précédente. Parmi les plus gros budgets R&D, on trouve :

  • Volkswagen : 13,6 milliards d'euros (+ 3,8 %) ;
  • Daimler : 9 milliards d'euros (+ 4,4 %) ;
  • Toyota : 8,3 milliards d'euros (- 1,4 %) ;
  • Ford : 7,2 milliards d'euros (+ 2,5 %) ;
  • BMW : 6,9 milliards d'euros (+ 12,8 %) ;
  • General Motors : 6,8 milliards d'euros (+ 6,8 %) ;
  • Honda : 6,6 milliards d'euros (+ 12,2 %) ;
  • Bosch : 6,2 milliards d'euros (+ 4,3 %) :
  • Nissan : 4,1 milliards d'euros (+ 5,5 %) ;
  • Denso : 3,9 milliards d'euros (+ 11,2 %) ;
  • Fiat Chrysler : 3,7 milliards d'euros (- 14 %) ;
  • PSA : 3,6 milliards d'euros (+ 24,7 %) ;
  • Renault : 3,5 milliards d'euros (+ 18,9 %) ;
  • Continental : 3,4 milliards d'euros (+ 5,4 %).

Mais il faut rappeler qu'en 2017, Volkswagen était le premier investisseur R&D tous secteurs confondus. En 2018, trois groupes lui ont dérobé la première place : Alphabet (holding de Google), avec 18,2 milliards d'euros investis pour une croissance R&D détonante (+ 30,3 %) ; le Sud-Coréen Samsung (14,8 milliards, + 9,8 %) ; et Microsoft (14,7 milliards, + 14,6 %).

Et si le secteur automobile reste très dynamique en terme d'investissements R&D (127,8 milliards d'euros, une croissance de 91 % au cours de la dernière décennie), il faut bien admettre qu'il est sévèrement concurrencé par l'industrie pharmaceutique (153,8 milliards), le secteur « Technology Hardware & Equipment » (127,9 milliards) ainsi que le secteur « Software & Computer Services » (117,7 milliards). Ainsi, la R&D de certaines entreprises accuse d'une forme olympique ; c'est par exemple le cas d'Apple (12,4 milliards, + 23 %), de Huawei (12,7 milliards, + 13 %), d'Intel (11,8 milliards, + 3 %), Johnson & Johnson (9,4 milliards, + 2,1 %) ou encore de Facebook (9 milliards, + 32 %).

Amazon n'est pas dans ce classement car l'entreprise ne donne pas ses chiffres d'investissements R&D, mais Joint Research l'estime entre 18,4 et 21,2 milliards d'euros.

La conjoncture actuelle est très positive pour la R&D dans le secteur auto

Dans le contexte actuel, les constructeurs automobile sont poussés à investir dans leurs pôles de recherche et développement. On peut par exemple citer le phénomène d'électrification des gammes de nombreuses marques telles que Subaru, qui a prévu de passer au tout électrique, PSA, qui électrifie de plus en plus sa gamme avec par exemple le DS3 Crossback e-tense, ou encore Lamborghini (groupe Volkswagen), qui s'est orienté sur de la motorisation hybride mais qui a également présenté un modèle 100 % électrique et sans batterie, la Terzo Millennio. D'autres solutions d'alimentation attirent parfois certains constructeurs, comme le Coréen Hyundai et ses systèmes à hydrogène.

Par ailleurs, les nouvelles technologies mais aussi les nouveaux enjeux de société et d'urbanisation stimulent la R&D automobile. On peut penser aux récents taxi volants du constructeur coréen, développés en collaboration avec Uber et récemment présentés au CES 2020, à Las Vegas. Cette innovation veut à la fois répondre au problème d'engorgement des centres-villes et propose un mode de conduite autonome, une technologie qui attise la curiosité de nombreux développeurs.

Les constructeurs français sont en nette progression

Autre bonne nouvelle : les Français font preuve de vigueur en terme de R&D ! La R&D de PSA est en très forte croissance (+ 24,7 %), notamment grâce à l'intégration d'Opel. Aujourd'hui, 4,9 % du budget du groupe y est dédié (3,6 milliards d'euros). Renault n'est pas en reste avec 3,5 milliards d'euros de budget alloué, c'est-à-dire pas moins de 6,1 % de son chiffre d'affaires total. La croissance de ses investissements R&D n'est pas aussi importante que celle du groupe PSA mais reste très au dessus des chiffres constatés chez les autres constructeurs. D'ailleurs, la marque a affiché sa volonté de s'insérer dans le secteur de la maison connectée ou smart home avec le projet Renault Easy Link en collaboration avec la start-up Otodo.

Du côté des équipementiers français, la R&D est également plébiscitée. Chez Valeo, ce ne sont pas moins de 10,3 % (+ 36,5 %) du chiffre d'affaires total que l'on trouve dédiés à la R&D, c'est à dire quelques 2 milliards d'euros. Et chez Michelin, on octroie à ce pôle 648 millions d'euros (2,9 % du chiffre d'affaires, croissance annuelle de 1,09 % en R&D).

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
ROBERT Jean-Yves 22/01/2020 à 11:50
Article très documenté (comme tous les autres !)... et plutôt exhaustif, semble-t-il ... Mais on constate que les français (PSA et Renault) n'arrivent qu'en douzième et treizième position !

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES