• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Le marché du permis de conduire chamboulé par les start-ups

Publié par le , Mis à jour le 25/11/2014 à 16:17

Plusieurs auto-écoles s’insurgent des offres proposées par la start-up Ornikar, qui n’hésite plus à proposer des leçons de code en ligne et des heures de conduite moins chères. Les auto-écoles traditionnelles ripostent pour défendre leur profession.

Le permis plus facile par Bernard Cazeneuve

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a récemment annoncé son intention de réformer le permis de conduire. Un chantier encore en désordre qui devrait devenir plus accessible grâce à l’introduction de la conduite accompagnée dès l’âge de 15 ans. Le but du ministre étant de rendre le permis de conduire « plus facile, plus simple » et surtout avec un délai moins long.

Cette mesure est nécessaire au vue du coût exorbitant du permis de conduire. En effet, en France, le forfait de 20h de conduite est facturé à 1 250 €, ce tarif peut vite atteindre les 2 000 € si le candidat repasse le permis plusieurs fois alors qu’aux Etats-Unis, le tarif est de 100 €. Il y a donc une urgence et les start-ups semblent avoir trouvé une solution au problème, seulement les syndicats des auto-écoles ne comptent pas se laisser faire.

Ornikar ciblée par les syndicats

Les syndicats reçus par Valls et Macron se sont attaqués à Ornikar, une auto-école nouvelle génération qui essaie d’instaurer de nouvelles règles pour offrir des tarifs plus attractifs. Les fondateurs d’Ornikar, Benjamin Gaignault et Alexandre Chartier, souhaitent mettre en place un système permettant aux candidats au permis de conduire de réviser le code de chez eux et de réserver les services d’un moniteur.

Avec ce système, il n’y aura plus de frais de dossiers, ni de coûts fixes réduits bref un grand avantage au niveau tarifaire, puisque cela permettrait de faire baisser le coût moyen d’une heure de conduite de 48 à 34,90 €. Inquiets les syndicats tentent par tous les moyens d’empêcher l’agrément d’Ornikar. Benjamin Gaignault demeure pour sa part encore pessimiste.

Il a d’ailleurs indiqué dans un communiqué rapporté par le site Challenges qu’il a déjà répertorié près de 270 moniteurs intéressés et pas moins de 3 700 demandes d’inscriptions de clients.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES