Assurance auto

Les automobiles pourraient bientôt être équipées de « boîtes noires »

Publié par le

Les boites noires pourraient être obligatoires dans les voitures

Le Parlement européen réfléchit à équiper l’ensemble des véhicules de « boîtes noires ». Censés recueillir des informations en cas d’accident, ces équipements suscitent toutefois quelques questions, notamment au sujet de la protection des données personnelles.

Equiper l’ensemble des véhicules neufs de « boîtes noires » dès 2022

Les voitures bientôt équipées comme les avions ? Renforcer la sécurité routière est un objectif affiché du gouvernement, mais également du Parlement européen. Parmi les différentes mesures potentiellement applicables, l'organe parlementaire de l'Union européenne réfléchit à rendre obligatoire de nouveaux équipements de sécurité. L’un d’entre eux est bien connu du grand public puisqu’on le retrouve dans les avions : la « boîte noire ». « Tous les véhicules seront équipés d’enregistreurs de données d’événements qui enregistreront les données critiques relatives aux accidents quelques secondes avant qu’ils ne se produisent », détaille un communiqué du Parlement relayé par BFMTV.

Pour le Parlement, équiper l’ensemble des automobiles neuves de « boîtes noires » permettrait de mieux déterminer la cause des accidents et de facto de réduire la mortalité routière. Encore à l’état de piste, cette mesure pourrait être appliquée dès 2022 pour les véhicules neufs et dès 2024 pour les voitures déjà commercialisées, rapporte BFMTV.

La problématique de la protection des données personnelles

Si cet équipement pourrait réellement avoir un impact bénéfique sur la sécurité routière, l’application d’une telle mesure soulèverait toutefois quelques questions concernant la protection des données personnelles. « Toute la problématique est de savoir quelles sont ces données critiques », notamment de déterminer s’il s’agit « de l’image, du son de la vidéo, des données télémétriques ou comportementales du véhicule… », explique Guillaume Crunelle, associé responsable de l’industrie automobile chez Deloitte. Nul doute que le Parlement devra aborder ces questions afin de rassurer les automobilistes européens.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES