• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Les véhicules autonomes bientôt équipés d'un « bouton éthique » ?

Publié par le

Le bouton éthique peut modifier l'algorithme de l'IA du véhicule autonome

Le marché de la voiture autonome est florissant. Néanmoins, une question subsiste : que se passera-t-il lors d’un accident ? Face à aux nombreuses supputations, des chercheurs de l'Université de Bologne penser à un « bouton éthique » en cas d’accident inévitable.

Un bouton pour responsabiliser le conducteur

La question devient récurrente. Alors que les véhicules autonomes se développent de plus en plus, quid de la responsabilité en cas d’accident ? Alors que les assureurs sont plusieurs à répondre à cette question, des chercheurs de l'Université de Bologne (Italie) ont pris le problème par un autre bout. Ces scientifiques ont imaginé un « bouton éthique » dans le cas d’un accident qui serait inévitable. Cette innovation permettrait à l’être humain à bord du véhicule de choisir « de tuer ou d’être tué ».

Alors que le nombre d’accidents devrait être divisé par 2 grâce aux véhicules autonomes, le risque existe toujours. Si les constructeurs automobiles expliquent que l’Intelligence Artificielle (IA) réagira plus rapidement qu’un conducteur, le dilemme de l’issue de l’accident demeure. Avec cette « ethical knob », les chercheurs Giuseppe Contessa, Francesca Lagioia et Giovani Sartor expliquent l’algorithme de l’IA peut être modifié face à un accident. Pour résumer, la voiture aurait le choix entre un mode où elle pense à elle et un autre où elle privilégierait le tiers.

Le véhicule autonome pose un problème éthique

La voiture autonome fait débat depuis de longs mois sur les choix qu’elle devrait faire en cas d’accident. Devrait-elle privilégier un bébé à l’intérieur du véhicule ou une personne âgé sur le passage piéton ? Face à ces questions des pays comme l’Allemagne se sont dotés de règles éthiques pour le comportement des automobiles autonomes. Ce « bouton éthique » proposerait alors aux conducteurs de choisir le mode « altruiste » ou celui « égoïste » en fonction des personnes l’accompagnant dans son véhicule. Malgré cette innovation, le point éthique reste difficilement soluble. Les compagnies d’assurance devront pourtant trancher sur ces questions mais également sur celles des responsabilités à bord d'une voiture autonome.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES