Assurance auto

Les ventes de véhicules diesel reculent fortement en 2018

Publié par le
99 vues 1 réaction Note

Au premier trimestre 2018, l'essence représente 53,4 % du marché

Après la baisse historique des ventes de voitures diesel en 2017, le déclin se confirme en ce début d’année 2018. Ce type de motorisation ne représente que 40,6 % du marché français des véhicules neufs.

Les voitures diesel représentent 40,6 % des ventes

Le déclin du diesel se confirme et se poursuit. Selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), la part de diesel sur le marché français des automobiles neuves ne représente plus que 40,6 % au premier trimestre 2018 en France. Cette chute amorcée dès l’année dernière se confirme. Les voitures disposant d’une motorisation diesel n’avaient ainsi représenté que 47,3 % des ventes en 2017. Du jamais vu depuis l’année 2000. A titre de comparaison, elles représentaient 52 % du marché en 2016, 64 % en 2014 et 72,4 % en 2011. « D'ici à 2025, il y aura une vraie décroissance du diesel et, en 2030, ils seront réservés aux utilitaires », explique Xavier Dupont, directeur des systèmes de propulsion chez Valeo, au magazine Challenges. Ce calendrier apparaît de plus en plus plausible en effet. Toyota a ainsi déjà annoncé l’arrêt de la production de véhicules diesel d’ici fin 2018 et les annonces concernant les voitures électriques se font de plus en plus nombreuses.

La hausse des ventes de voitures essence, une conséquence sur les émissions de CO2

Si la voiture électrique est aujourd’hui plus chère à l’achat que des modèles essence ou diesel, la tendance devrait s’inverser d’ici 7 à 8 ans selon Bloomberg New Energy Finance. En attendant, les ventes d’électriques et d’hybrides sont très faibles, voire dérisoires. Elles représentent respectivement 1,3 % et 4,5 % du marché. Le véritable gagnant de cette chute des ventes de véhicules diesel est la motorisation essence. Elle représente ainsi 53,4 % du marché en ce début d’année 2018.

Ce véritable bond des ventes de voitures essence pose néanmoins un problème. Si la motorisation diesel est plus polluante en matière d’oxydes d’azote (Nox), elle est cependant moins émettrice de CO2. Résultat, les émissions de gaz à effets de serre remontent. Selon une analyse menée par l'institut Jato Dynamics dans 23 pays européens, le niveau des émissions de CO2 était remonté en 2017 et atteignait 118,1 grammes par kilomètre. Une première depuis 20 ans. Et ce alors que la Commission européenne souhaitait abaisser le niveau des émissions à 95 g/km en moyenne pour 2021.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Faire de l'électrique, c'est bien, mais personne ne parle du recyclage des batteries, de leurs autonomies....des centrales nucléaires qui sont à risques, des centrales à charbons, au fuel et au gaz qui polluent, alors comment fera t on pour recharger les batteries car il n'y aura pas assez d'électricité pour le parc automobile français! L'essence qui pollue bien plus que le gas oil ! je suis un professionnel de ces énergies depuis plus de 50 ans, je sais de quoi je parle. C'est de l'enfumage , sans jeu de mots. Que l'on m'explique comment recycler les batteries et les faire durer pendant 500 km, après on verra!! CQJD

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES