Assurance auto

Les ventes de véhicules utilitaires électriques augmentent de 41 %

Publié par le

564 610 véhicules utilitaires ont été produits en 2017

Les véhicules utilitaires ont le vent en poupe. Toutes motorisations confondues, les camionnettes représentent désormais 25 % de la production automobile française. Et les modèles « propres » n’y échappent pas. Au premier semestre, les ventes de véhicules utilitaires électriques ont progressé de 41 %.

Les ventes d’utilitaires toutes motorisations confondues en hausse de + 25 %

Les ventes de véhicules utilitaires progressent. Si l’industrie automobile française commence à peine à relever la tête après plusieurs années moroses, la production de véhicules utilitaires n’a quant à elle pas cessé d’augmenter. D’après une enquête d’IHS pour Les Echos, ces fourgonnettes représentent désormais 25 % de la production automobile française. En 2000, cette proportion atteignait péniblement les 14 %. L’année dernière, 564 610 véhicules utilitaires ont été produits, contre 451 195 en l'an 2000. Soit une hausse de + 25%.

Pour comprendre ce succès, il est nécessaire de le mettre en regard des ventes d’autres segments. Sur la même période, la production hexagonale de modèles compactes, berlines et SUV (ou monospaces), a chuté de - 50 % (719 345 unités en 2017 contre 1,429 million en 2000). « L'Hexagone est championne du véhicule utilitaire en Europe », indique Patrick Koller, le patron de l'équipementier Faurecia au journal Les Echos.

3 679 véhicules utilitaires électriques immatriculés au premier semestre

Un succès qui se vérifie avec les ventes de modèles électriques. Au premier semestre, les ventes de véhicules utilitaires électriques ont progressé de 41 %. De janvier à juin 2018, 3 679 modèles ont été écoulés. Parmi eux, le Renault Kangoo électrique a représenté 9,3 % des ventes. Une réussite qui s’explique par la percée des camionnettes dans leur ensemble donc, mais également par l’engouement autour de l’électrique. « Les véhicules électriques sont agréables et pratiques : plus besoin de passer à la pompe ! Un avantage déterminant quand on passe du temps au volant », relève au Echos Cécile Goubet, secrétaire générale de l'Avere-France. Même si l’électrique reste une part marginale des nouvelles immatriculations toutes motorisations confondues, il séduit de plus en plus des citadins confrontés aux restrictions de circulation.

Acheter un véhicule utilitaire électrique, ou une voiture électrique tout simple, revient également à bénéficier d’avantages fiscaux. « Outre le bonus, il n'y a ni TVA ni TVS (taxe sur les véhicules de société), et la carte grise est gratuite dans de nombreuses régions », explique Jérôme Daumont, directeur de nombreuses concessions Renault/Nissan en Ile-de-France. Un véritable argument de choix.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES