Assurance auto

Les voitures électriques les plus chères privées du bonus écologique ?

Publié par le

Les véhicules électriques de luxe privés du bonus écologique

A partir de l’année prochaine le bonus écologique de 6 000 euros ne s'appliquera plus à toutes les voitures électriques. L’aide sera supprimée pour l’ensemble des modèles les plus chers et divisée par deux pour les milieux de gamme.

La prime divisée par deux pour les voitures vendues entre 45 000 et 60 000 €

Coup de rabot pour le bonus écologique en 2020. Selon Le Parisien, le gouvernement souhaite revoir les règles du bonus écologique. Cette aide va subir un grand coup de lifting l’année prochaine. Le Projet de loi de finance 2020 prévoit dès le 1er janvier 2020 une suppression du bonus écologique pour les modèles électriques les plus chers, à savoir à plus de 60 000 euros.

Les véhicules de luxe ne sont néanmoins pas les seuls concernés puisque ce bonus sera également diminué de moitié pour les modèles dont le prix est compris entre 45 000 et 60 000 euros. Les véhicules de moins de 45 000 euros, comme la Nissan Leaf ou le Peugeot e-2008, seront quant à eux toujours concernés par le bonus de 6 000 euros.

Démocratiser la voiture électrique

Avec ces modifications, le gouvernement espère démocratiser les véhicules dits « propres ». En recentrant l’aide sur des véhicules moins luxueux et donc chers, l’objectif est d’encourager les ménages les plus modestes à passer le cap de l’électrique. Avec ces nouvelles règles ce sont surtout les constructeurs qui vont devoir revoir les prix de certains modèles à la baisse. Selon la version choisie, les acquéreurs pourraient avoir de mauvaises surprises. C’est notamment le cas avec Citroën et sa DS3 Crossback E-Tense. Actuellement ce modèle du groupe PSA est affiché en entrée de gamme à 44 800 euros, soit 200 euros sous le niveau qui diviserait par deux le bonus. Cela vaut également pour le Hyundai Kona electric qui, s'il commence à 34 900 euros, termine à 46 400 euros.

Difficile néanmoins d‘imaginer des constructeurs tels que Tela, Mercedes ou Porsche baisser leurs prix. Vu les prix des Model S, I-Pace ou encore Taycan, la suppression du bonus ne devrait toutefois pas perturber les acquéreurs.  

Durcissement des conditions d'accès à la prime à la conversion

Cette annonce intervient quelques mois après que le gouvernement ait modifié les conditions d'attribution de la prime à la conversion. Au cours de l’été le gouvernement a en effet opté pour un durcissement des conditions d'accès à cette prime afin de limiter l'afflux de demandes.

La prime à la conversion, qui remplace la prime à la casse, est de plus en plus prisée. Un engouement qui a contraint le gouvernement a rapidement modifier les règles du jeu. Alors que l'Etat avait prévu un peu moins de 600 millions d'euros de budget pour cette prime en 2019, l’avalanche de demandes va faire exploser ces prévisions. Un véritable problème puisque 80 % de ces bénéficiaires de cette prime ne sont pas imposables. Son non-versement pourrait donc avoir d’importantes conséquences sur le budget des ménages. Il s’agirait aussi d’un véritable « couac » pour le gouvernement.

Pour éviter cette situation, l’Etat a opté pour deux solutions. La première, dans l’immédiat, a été de remettre de l’argent dans les caisses. Après une première réévaluation durant l’été de 130 millions d'euros, le gouvernement a annoncé il y a quelques jours une rallonge supplémentaire de 70 millions d'euros, portant ainsi le budget total en 2019 à 800 millions d'euros.

La seconde mesure s’appliquera quant à elle en 2020 et concernera les conditions d'attribution de la prime. Alors que près de la moitié des voitures achetées grâce à elle sont des diesels, le gouvernement a annoncé que le dispositif sera plus restrictif. Dès le 1er janvier la plupart des modèles diesel ne feront plus partis de la liste des véhicules accessibles avec la prime. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES