Assurance auto

Les voitures électriques qui ont eu le plus grand succès en France en 2019

Publié par le , Mis à jour le 04/02/2020 à 10:57

La Renault ZOE est le modèle électrique le plus vendu en France en 2019

Le marché de l'auto électrique est en très nette progression en 2019 ! Sur un total de 2 214 278 voitures neuves immatriculées, soit une progression de + 1,88 % par rapport à 2018, presque 43 000 sont 100 % électriques. Cela ne représente pas moins de 1,9% du total des ventes ! Il semblerait bien que le mouvement de transition vers un parc automobile électrifié en France soit déjà enclenché.

Renault ZOE, Telsa Model 3, Nissan Leaf... les modèles qui ont bien marché en 2019

Ce sont très exactement 42 374 voitures électriques particulières qui ont été vendues en 2019, soit une hausse de 38 % par rapport à 2018, d'après le baromètre de l'Avere-France (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique) ! On peut donc dire que ce marché a le vent en poupe. Et parmi les modèles préférés des Français, on trouve en première position la Renault ZOE : 18 817 unités ont été vendues (10 % de plus que l'an dernier), soit pas moins de 44 % des immatriculations de voitures électriques en France en 2019.

On trouve ensuite en seconde position la fameuse Tesla Model 3, avec 6 455 unités vendues (15 % du marché de l'auto électrique). La berline de l'entreprise d'Elon Musk ne semble pas vraiment avoir de mal à séduire dans l'Hexagone ! Elle devrait en outre devenir le modèle électrique le plus vendu de tous les temps. Vient ensuite la populaire Nissan Leaf, qui a enregistré quelques 3 738 immatriculations (9 % du marché). Le modèle a souffert d'une baisse de 20 % de ses volumes de vente en raison de l'adaptation de la stratégie commerciale globale du constructeur japonais. Ce dernier désirait assainir ses canaux de distribution. En quatrième position, on retrouve la BMW i3 avec 2 956 immatriculations. Enfin, quelques modèles accusant de volumes de vente moindre suivent : Kia e-Niro, Smart Fortwo EQ, Hyundai Kona Electric, Volkswagen e-Gold, Hyundai Ioniq Electric...

Près de 70 000 véhicules légers électrifiés immatriculés en France en 2019

Si l'on compte également les véhicules utilitaires légers électriques et les hybrides rechargeables, le volume des ventes passe à quelques 69 466 unités mises en circulation en 2019 ! « L'année 2019 a été très dynamique pour la mobilité électrique avec un taux de croissance de près de 30 % pour les véhicules légers électrifiés. 2020 s'ouvre sur des enjeux forts en matière de réglementation CO2 et de massification de l'offre avec de nouveaux modèles », allègue Cécile Goubet, déléguée générale de l'Avere-France.

Ainsi, les hybrides rechargeables ont accusé de 38 % de ventes supplémentaires avec 18 582 immatriculations. En première position, on retrouve l'Outlander de Mitsubishi (3 131 unités), puis la Mini Countryman (1 929 unités) et le Land Rover Range Rover (1 917 unités). Du côté des utilitaires électriques, le marché est en recul de 2 %, avec 7 958 immatriculations en 2019. Les modèles les plus plébiscités ont été : le Kangoo ZE de Renault (3 807 unités), la ZOE (1 142 unités) et le Nissan eNV200 (925 unités).

Vers un parc automobile français toujours plus électrifié ?

Il n'est donc pas aberrant d'affirmer que l'auto électrique rencontre un succès grandissant. D'ailleurs, l'Europe et le gouvernement prévoient l'interdiction à la vente des véhicules thermiques d'ici 2040 via la loi d'orientation des mobilités (LOM). Aujourd'hui en France, on peut trouver près de 25 000 bornes de recharge pour voiture électrique, d'après les données de l'ACEA (association des constructeurs européens). Ce nombre devrait augmenter à 100 000 d'ici 2022.

Mais pour Cécile Goubet, cela n'est pas encore suffisant. « Ces notes positives sont néanmoins à nuancer. Tout d'abord, en 2019 nous avons atteint 70 % de l'objectif annuel du contrat stratégique de filière. Il faudra rattraper ce déficit tout en doublant le nombre de véhicules vendus en 2020 pour tenir la trajectoire. D'autre part, les choix du gouvernement sur la réduction du bonus, en particulier pour la cible professionnelle, posent question quant à la capacité des clients à être au rendez-vous avec des véhicules qui restent encore aujourd'hui plus chers à l'achat que leur équivalent thermique », conclue-t-elle.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES