Assurance auto

Marché de l'auto français en août : une forte croissance à relativiser

Publié par le

Les constructeurs doivent se conformer depuis le 1er septembre au WLTP

Le mois dernier, les ventes de voitures neuves en France ont explosé. Après l’excellent mois de juillet, le marché de l’auto français a fait encore mieux en août avec une hausse de + 40 %. Un envol qui s’avère toutefois trompeur puisqu’il résulte de l’introduction de nouveaux tests d'homologation.

Les marques françaises progressent de 36 % sur le marché Hexagonal

Une croissance trompeuse pour le marché automobile français. Le mois dernier, les immatriculations de voitures neuves en France ont progressé de 39,97 %, selon les chiffres communiqués par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Sur le marché Hexagonal, les seules marques étrangères progressent de 44 %, et les françaises de 36 %. Une envolée exceptionnelle. Ce sont en effet 150 393 véhicules particuliers neufs qui ont été vendus en août. Des résultats qu’il faut tout de même prendre avec des pincettes. Si habituellement les données publiées par le CCFA représentent fidèlement l’état du marché français, celles du mois d’août ne sont pas véritablement représentatives. « Les chiffres d'août ne veulent rien dire du tout », indique ainsi à l'AFP Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile.

Les constructeurs doivent se conformer au WLTP

Mais pourquoi une telle retenue ? Tout simplement parce que cette forte croissance est la conséquence directe de l'introduction d'une nouvelle norme européenne. Depuis samedi 1er septembre, de nouveaux tests d’homologation sont apparus. Des tests plus stricts et rigoureux, qui sont désormais obligatoires, et ce pour l’ensemble de la gamme des constructeurs. Baptisés « de véhicules légers harmonisés au niveau mondial », ou WLTP en version anglaise, ces tests doivent permettre de de mieux refléter les consommations et rejets réels des automobiles. Il devient donc plus difficile d’homologuer une voiture neuve. Et c’est donc pour cette raison que les ventes ont explosé le mois dernier. « Les constructeurs ont devancé WLTP et immatriculé sur parc massivement […] Comme il n'y a pas de vrais clients derrière, ça deviendra des véhicules - zéro kilomètre - sur les parcs des concessionnaires », explique Flavien Neuvy.

Concrètement, les constructeurs sont soupçonnés d’avoir accordé des rabais conséquents sur des voitures qui n’auraient pas pu être vendues à partir du 1er septembre, et, ou, de les avoir immatriculées auprès de leurs concessionnaires. Grâce à ce subterfuge, ils pourront sans aucun souci les vendre plus tard.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES