Marilyne Kairo de Sécurange explique à Assurland quel siège auto choisir

Publié par Elodie Carpentier le 27/02/2020 à 10:15 , Mis à jour le 12/01/2022 à 00:00

Dans une interview exclusive, Marilyne Kairo fondatrice de Sécurange.fr et de l'association VDR by Securange revient pour nous sur les sièges auto. Quel siège auto choisir ? Pourquoi faut-il privilégier le modèle scandinave ? Quels conseils pour partir en vacances en toute sécurité ? Pour Assurland, cette spécialiste répond à toutes vos questions.

Qu’est-ce qu’un bon siège auto ?

Un bon siège auto, c’est avant tout un siège auto adapté à l’enfant. C’est aussi un siège auto qui a réussi haut la main certains crash-tests. Aujourd’hui, pour être vendu dans le commerce, il doit être homologué et passer une série de tests. Il s’agit d’un cahier des charges qui a été fixé, il y a déjà un moment. Ce cahier des charges est jugé insuffisant par de nombreuses institutions. Il faut savoir que des institutions comme l'ADAC en Allemagne font passer des crash-tests supplémentaires aux sièges auto. Ce sont des tests consommateurs qui sont de véritables crash-tests. Ils révèlent que certains produits ont des défauts, ne résistent pas à des vitesses plus fortes que l’homologation, ont des problèmes avec des harnais …

Avez-vous des marques de sièges auto à conseiller ?

Absolument pas. Ce n’est ni une question de marque ni une question d’argent. Une marque peut produire des sièges auto de grande qualité et des sièges plus moyens. Il faut garder en tête que bien que ce soit des objets de sécurité, ce sont des objets de consommation. Il y a derrière du marketing et une adaptation au marché. Aujourd’hui, les consommateurs sont friands des sièges auto qui font du « 0-12 ans » et  les marques s’adaptent à cette demande. Aujourd’hui, il est quand même avéré que ces sièges ne sont pas vraiment efficaces, en tout cas, pas dans toutes les catégories.

Il existe toujours une confusion entre « face la route et dos à la route », « devant ou derrière »…Quelles sont les règles ?

La place avant n’est jamais obligatoire. C’est possible de placer un siège auto à l’avant mais il doit être uniquement dos à route. Il faut aussi absolument désactiver l’airbag passager. Il n’y a pas de poids maximum dans ce cas. On pense qu’on ne peut mettre que le siège bébé mais on pourrait même mettre un siège deuxième âge s'il est dos à la route.

Idéalement, c’est toujours mieux de placer son enfant à l’arrière du véhicule. Après on est conscient que certains parents sont anxieux et ont besoin d’avoir un œil sur leur enfant. Il faut quand même garder en tête que c’est aussi ne pas avoir un œil sur la route. Cela se passe souvent mieux quand ils ne voient pas les parents à l’arrière. On n’a pas mal d’idées reçues, on pense souvent qu’il faut mettre l’enfant dos à la route devant et quand il passe derrière, face à la route mais ce n’est pas le cas non plus. Pour conclure là-dessus, il faut garder l’enfant dos à la route le plus longtemps possible.

Pourquoi préconisez-vous le modèle scandinave ?

C’est une pratique assez méconnue en France. Il faut savoir que les Suédois, et les Finlandais préconisent de garder les enfants dos à la route jusqu’à 4 ans. C’est 5 fois plus sûr pour nos enfants puisque cela réduit par 5 les risques de blessures graves en cas d’accident même à 50km/h.

Quand on est face à la route, on a la tête qui est très lourde. Pour un enfant, elle l’est encore plus. Cette tête est projetée en avant, elle étire les cervicales et la colonne vertébrale et puis ensuite elle revient et elle tape. Pour un adulte, cela s’appelle le coup du lapin. C’est extrêmement violent. Pour un enfant cela peut avoir des conséquences beaucoup plus graves surtout que leur nuque n’est pas mature et que leur tête est plus grosse.

Il faut savoir que lorsque survient un accident à 50 km/h, un enfant de moins de 4 ans placé face à la route va supporter un choc de 300 kg sur la nuque. C’est considérable. Un enfant qui est placé dos à la route va être plaqué au fond du siège et la tête va rester dans l’alignement de la colonne vertébrale. Il n’y a pas d’étirement des cervicales. On passe ainsi de 300kg à 50kg sur la nuque.

Cette position dos à la route n’est-elle pas contraignante pour les enfants de 3-4 ans ?

Pas du tout et ce pour deux raisons. Première chose : les siège autos dos à la route pour les grands sont des sièges qui sont conçus pour cela. Ils offrent donc un espace et un recul plus important que les coques. Deuxième chose : le confort des enfants n’est pas celui des adultes. Il faut avoir en tête que l’enfant devient de plus en plus souple jusqu’à l’âge de 10 ans. Un enfant de 3 / 4 ans est extrêmement souple. Il n’a pas besoin d’avoir les jambes tendues. On a trop tendance à se transposer en tant qu’adulte.

En 2018, une étude européenne a placé la France comme mauvais élève pour la sécurité des enfants. Cela vous étonne ?

Non, absolument pas. Aujourd’hui, s’il y a un gros reproche à faire aux familles, c’est qu’elles n’ouvrent pas la notice de leur siège auto. Jamais. Outre les parents qui n’utilisent aucun siège, est c’est un drame, nombreux sont ceux à oublier qu’il est obligatoire jusqu’à 10 ans et entre 1m35 et 1m50 selon la voiture et le gabarit de l’enfant. Pour avoir une bonne posture de la ceinture, il faut le gabarit adapté. La ceinture n’est efficace que si elle est bien positionnée et bien adaptée, ce qui n’est pas le cas quand on voit des enfants avec des ceintures sous le bras ou au niveau du cou.

Les autres ont souvent des sièges auto qui sont mal utilisés ou mal installés. On voit beaucoup d’approximation dans les installations. Les gens vont secouer le siège pour voir si cela bouge. Ce n’est pas cela qui va se passer lors d’un accident. On ne peut pas simuler cela.

Il y a aussi des erreurs d’utilisations, car les sièges ne sont pas bien réglés. Quand le produit est acheté, il a une configuration type et quand l’enfant grandit on ne va pas faire évoluer le siège. Certains parents pensent donc que le siège est trop petit. On va le changer et on va passer à un siège qui n’est pas adapté.

Selon vous le gouvernement fait-il assez sur la sécurité des enfants en voiture ?

Il fait beaucoup sur la sécurité, l’alcool au volant, la vitesse … Sur la sécurité de l’enfant en voiture, on ne fait néanmoins pas assez. On n’informe pas assez les parents. Il faudrait les sensibiliser dès la grossesse. A quel moment on parle des sièges auto ? À quel moment on leur dit qu’il ne faut pas mettre de manteau dans les sièges auto ?

En cette période de vacances scolaires, quels conseils pourriez-vous vous donner aux parents pour que leur trajet se passe au mieux ?

Dans l’idéal, il ne faut pas attendre le dernier moment pour vérifier que le siège est bien adapté à la taille de l’enfant. Il y a beaucoup de gens qui arrivent dans le magasin, la veille du départ en mode  « il me faut un nouveau siège ». C’est un achat qui se réfléchit et qui ne se fait pas sur un coup de tête.

Si on l’a déjà, on prend le temps de lire sa notice et de vérifier son installation. C’est crucial. Cela peut arriver à n’importe qui de faire une fausse manipulation ou à l’enfant du milieu de détacher la ceinture d’à côté. Potentiellement, il a détaché le siège de son frère ou sa sœur. Il faut vérifier que la ceinture de sécurité soit bien tendue  avec le temps elle peut se détendre. On adapte aussi le siège à la croissance de son enfant avant de partir.

Le conseil d'Assurland :

Vous ne le savez peut-être pas, mais votre assurance peut prendre en charge le remplacement d'un siège auto ! Car il vaut mieux en changer après un accident, il peut avoir été endommagé même si le choc est à basse vitesse. Pour ce faire, vous devez veiller à bien conserver la facture et/ou la preuve d'achat. N'oubliez pas d'indiquer la présence du siège dans le constat et à demander l'indemnisation à l'assureur dans les 48 heures maximum suivant le sinistre. Il faudra également contacter le fabricant du siège et consulter la notice, où sont parfois précisées les conditions de changement.

Quelle formule souscrire pour être bien indemnisé dans ce cas ? Une assurance pas chère comme la responsabilité civile (« au tiers ») ne suffira pas. Pour qu'elle prenne en charge le changement du siège, il faudra souscrire une garantie spécifique, qui peut porter plusieurs noms : la garantie équipement, ou garantie accessoires, la garantie contenue du véhicule, garantie des effets personnels. Cette garantie est généralement proposée dans les contrats plus onéreux comme la formule tous risques.

Pour trouver le bon tarif, n'hésitez à faire appel à notre comparateur en ligne. En quelques minutes seulement, vous aurez accès à une liste de devis d'assurance auto gratuits. Vous pourrez ensuite souscrire la formule de votre choix avec les garanties correspondantes et au prix qui vous convient.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES