Assurance auto

Nouveau contrôle technique auto : hausse des contre visites

Publié par le

Quel est le premier bilan après la réforme du contrôle technique ?

A peine un mois après l’instauration du nouveau contrôle technique auto, les premiers chiffres ont été dévoilés. Loin des prévisions alarmistes, le nombre de contre visites a légèrement augmenté de 4 %.

Hausse de 4 % des contres visites

Quel premier bilan pour la réforme du contrôle technique ? Moins d’un mois après l’instauration d’un nouveau contrôle technique, le Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA) vient de dévoiler les premiers chiffres. Premier enseignement, le nombre de contre visites n’a pas explosé. Selon l’entité, son nombre pour défaillance majeure s’est stabilisé autour de 20 %. Celui pour les défaillances critique est quant à lui de 1,5 %. En moyenne, le taux de contre visite atteint 22 %. Soit une légère hausse par rapport à 2017. L’année dernière, le taux de contre visite était de 18,5 % pour les véhicules légers.

Pour rappel, la réforme du contrôle technique, entrée en vigueur le 21 mai dernier, a augmenté le nombre de points de contrôles (132 contre 124) mais également le nombre de défaillances (610 contre 410). Si des défaillances critiques sont décelées, elles doivent être réparées dans la journée.

Les contrôles techniques avancés et la prime à la conversion à prendre en compte

« Ces chiffres sont donc très éloignés des prévisions alarmistes annoncées par certains avant l'évolution du contrôle technique. Des communications sur des taux de contre-visite atteignant 40 % ont contribué à alimenter la panique des automobilistes ; panique qui s'était traduite par un engorgement des centres et une fréquentation en hausse de 61 % sur le mois d'avril 2018 », indique le CNPA. Néanmoins, comme le précise l’entité, de nombreux automobilistes ont avancé la date de leur contrôle technique. De sorte à être certain ne pas voir leur voiture recalée. Ces données sont donc à relativiser. Autre point à souligner, la hausse des primes à la conversion. Comme l’indique Le Point, les Français qui détenaient un véhicule en trop mauvais état se sont tournés vers la prime à la conversion. Ces derniers n’ont donc pas présenté leur auto au contrôle technique.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES