• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Péages routiers : une augmentation des tarifs dès février 2018

Publié par le

Les prix des péages vont augmenter de 1 à 2 % sur autoroute

Les péages routiers vont couter plus cher, et ce dès février 2018. Selon les concessionnaires leurs prix vont augmenter de 1 à 2 % sur autoroute et de 3 à 4 % sur les axes secondaires. Une hausse jugée excessive par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières.

Une hausse de 1 à 2 % sur les trois grands réseaux autoroutiers

C’est une hausse qui va faire parler. Sur les trois grands réseaux autoroutiers (APRR, Sanef et Vinci), les tarifs des péages vont augmenter de 1 à 2 % à partir de février 2018.  Une hausse qui va également concerner les réseaux secondaires puisqu’il faudra débourser 3 à 4 % de plus aux péages. Ce réajustement fait suite au gel des prix des autoroutes et à une mesure votée en 2015 qui prévoie une hausse échelonnée sur 20 ans. Les concessionnaires ont une autre explication. Les différents coûts des travaux engagés sur ces réseaux seraient un facteur à ne pas négliger.

En 10 ans les prix des péages ont augmenté de 20 %

La hausse des prix des péages routiers est constante depuis quelques années. Le magazine 60 millions de consommateurs avait d’ailleurs publié une étude en juillet 2017 qui indiquait que cette augmentation avait été de plus de 5 % entre 2011 et 2017.  Alors que l’année dernière la hausse a été de 0,76 %, elle atteint 20 % en l’espace de 10 ans.

L’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) a quant à elle réagi rapidement en jugeant cette hausse excessive. L’organisme s’était déjà manifesté en juin 2017 à travers un rapport dans lequel il avait dénoncé une décision prise au détriment des usagers. « Les augmentations des tarifs de péages excèdent le juste niveau qu’il serait légitime de faire supporter aux usagers » indiquait l’Arafer.

De nombreux débats entre les concessions et l’Etat

L’Etat s’était déjà manifesté en 2014 pour dénoncer une situation de « rente » pour les concessionnaires d’autoroute. La ministre de l’Ecologie de l’époque, Ségolène Royal, avait alors menacé de résilier les contrats de concession. Les deux parties avaient réussi à s’entendre en septembre 2015 sur l’établissement d’un plan de relance autoroutier d’un coût de 3,2 milliards €. Cet accord prévoyait en plus de la hausse des prix des péages, un allongement de la durée des concessions. Un nouveau plan, plus récent puisque consigné en janvier 2017, prévoyait quant à lui un investissement supplémentaire de 803,5 millions € pour les autoroutes mais également 57 opérations sur les différents réseaux. Ces dernières étant censées être financées par l’augmentation des prix des péages autoroutiers.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES