Première hausse de la mortalité sur les routes depuis le début de la crise sanitaire

Publié par Quentin Bas Lorant le 15/11/2021 à 15:46 , Mis à jour le 08/03/2022 à 00:00

Le nombre d'accidents et de personnes décédées sur les routes était en hausse le mois dernier, par rapport à octobre 2019. En matière de sécurité routière, difficile de faire mieux qu'en 2020, mais la pandémie y était pour beaucoup. Aujourd'hui ses conséquences se font toutefois encore sentir : en ville, davantage de vélos et d'autres engins motorisés circulent désormais auprès des voitures et occasionnent plus de danger.

La mortalité en hausse de 14%

C’est une première depuis le début de la crise sanitaire : les chiffres de la sécurité routière ne sont pas bons au mois d’octobre. Plus précisément, la mortalité routière a augmenté de 14% en France métropolitaine par rapport à octobre 2019. En tout, ce sont 294 décès qui ont été enregistrés, soit 37 de plus qu’il y a deux ans. 

Depuis janvier dernier, la mortalité routière s’était jusqu’ici avérée tous les mois en baisse, par rapport à 2019. Afin d’obtenir un comparatif plus significatif, il a en effet été décidé d’utiliser comme période de référence une année « normale », comprendre : une année sur laquelle le Covid-19 n’a pas eu d’influence.

Car, pour rappel, à la faveur des nombreuses restrictions de déplacements et autres couvre-feux, l’accidentalité routière a considérablement baissé en 2020. L’année dernière, 2 500 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine. C’est 700 victimes de moins que 2019 soit une diminution de 21,4%. Surtout, avec un passage sous la barre des 3 000 personnes tuées, l’année 2020 était devenue la moins meurtrière de l’histoire de la sécurité routière.

Ce sont ces chiffres encourageants, induisant une diminution du niveau de risque porté par les assureurs, qui avaient participé à la demande d’une baisse générale des cotisations d’assurances auto. La diminution de l’accidentalité est également une source d’économie pour les compagnies d’assurances, qui ont moins de sinistres à indemniser. 

Un changement des habitudes sur les routes

Avec l’augmentation du mois dernier, « l’effet Covid » sur la sécurité routière semble donc effacé. Mais, en réalité, d’autres conséquences de la pandémie continuent d’avoir une incidence sur la sureté de la circulation. En effet, l’abandon progressif des transports en commun pour raisons sanitaires a favorisé le développement de nouvelles mobilités, en particulier des NVEI (trottinettes, gyropodes, hoverboards...) et du vélo. 

Or, il semblerait que ces nouveaux engins soient surreprésentés dans les récents accidents de la route : la mortalité des cyclistes est par exemple en forte hausse en octobre (27 tués contre 8 un an plus tôt). De même pour les piétons : +70% au regard d’octobre 2019. À l’inverse, la mortalité des automobilistes est, elle, en baisse : 131 décès, soit 8 de moins par rapport à 2019.

Pour les autorités, une nouvelle stratégie doit donc être engagée pour un partage plus sécurité de la route entre les différents usagers. L’année dernière, une première campagne avait pris ce tournant en axant sa communication sur la protection des cyclistes.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES