Assurance auto

Quel regard les Français portent-ils sur les véhicules autonomes ?

Publié par le

Les Français attirés par le fait que la voiture autonome se gare toute seule

Les véhicules autonomes vont faire leur arriver sur les routes françaises. C’est du moins ce qu’a annoncé le gouvernement. Mais que pensent les Français de cette nouvelle technologie ? Selon un récent sondage Ipsos, le scepticisme prime.

Un quart des Français est réfractaire à la voiture autonome

Quel regard portent les Français sur la voiture sans chauffeur ? Alors que le gouvernement a, par le biais de Anne-Marie Idrac, annoncé son intention de mener des expérimentations à grande échelle à partir de 2019, l’institut de sondages Ipsos s’est penché sur le ressenti des Français. Et comme l’avait démontré une étude du Boston Consulting Group en mars dernier, les Français ne sont pas encore convaincus. C’est même plutôt l’inverse. Selon l’étude Ipsos, les enthousiastes (24 %) sont aussi nombreux que les réfractaires (25 %).  Ces derniers se sont en effet prononcés contre les véhicules autonomes et ont indiqué ne « jamais vouloir en utiliser ». Pour le reste, c’est-à-dire 51 % des sondés, c’est l’inquiétude qui prime. S’ils trouvent l’idée intéressante, cette technologie ne les rassure pas.

Face à cette technologie, les Français vont pourtant devoir apprendre à ne plus être inquiets. L’étude s’est donc également penchée sur les fonctions qui attirent le plus les Français. En quoi la voiture autonome peut être utile ? Pour 58 % d’entre eux, le stationnement automatique est le premier intérêt. Une voiture qui se gare toute seule, voilà ce qui donne envie aux Français. Pour ce qui est des autres fonctions proposées par l’automobile sans conducteur, les sondés imaginent l’utiliser sur de courtes distances (49%) ou en l’absence de passager (48%).

Les Français tiennent à garder le plaisir et le contrôle de leur auto

Les Français ne veulent toutefois pas qu’on leur enlève le plaisir de la conduite. Ils sont ainsi 50 % à indiquer ne pas vouloir utiliser la conduite autonome sur des trajets plaisants. Une notion de plaisir donc, mais également un sentiment de sécurité. Les Français souhaitent garder le contrôle de leur véhicule. Parmi leurs craintes, 33 % évoquent un risque technique trop élevé. La peur d’un cyber-piratage est en effet évoquée pour 15 % des sondés. Activer la conduite autonome des « des endroits inconnus, nécessitant plus de vigilance » est inenvisageable pour 40 %. Les Français sont également 45 % à ne pas en vouloir si la circulation est dense et 40 % en cas de mauvais temps.

Ces craintes ne sont pas étrangères à d’autres populations. L’étude d’Ipsos, qui couvrait 28 pays, démontre « une scission plus globale entre pays développés et pays émergents ». Alors que les premiers se révèlent réticents, les deuxièmes sont plus convaincus. On retrouve donc un fort scepticisme en Allemagne (35 % ne veulent pas en utiliser), au Royaume-Uni (30 %) et au Canada (27 %). A l’inverse, en Malaisie (64 %), Inde (64 %) ou Pérou (60 %), la voiture autonome séduit.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES