Assurance auto

Radars : un manque à gagner de plusieurs centaines de millions d'euros

Publié par le

Auto : les radars routiers bien moins rentables que prévu

Les radars rapporteront entre 500 et 600 millions d'euros cette année, et près de 730 millions en 2020. Un énorme manque à gagner pour le gouvernement qui espéraient des recettes supérieures à 1 milliard d'euros.

Les radars rapporteront moins de 600 millions en 2019

Bien loin des objectifs annoncés. Selon une information du journal Les Echos, les radars routiers vont être bien moins rentables que prévu. Le gouvernement juge qu’ils devraient rapporter entre 500 et 600 millions d'euros en 2019, et environ 730 millions en 2020. Des montants très éloignés de ceux espérés il un an, soit 1,04 milliard d'euros. Si une source gouvernementale citée par le quotidien évoque « un vrai décrochage », il s’agit également d’un retour en arrière. Depuis 2015 et un durcissement de la politique de sécurité routière, jamais une recette n’avait été aussi basse. En 2017, le montant avait même connu un pic avec 824,7 millions d’euros récoltés. L’année dernière, en 2018, si l’élan avait été brisé, les radars avaient tout de même rapporté 682,7 millions d’euros.

Entre dégradations des radars et baisse de la vitesse moyenne

Pour expliquer cette baisse de revenus, plusieurs raisons peuvent être invoquées. La principale étant bien les très nombreuses dégradations et destructions de radars constatées depuis la mise en place de la limitation de vitesse à 80 km/h. Un phénomène qui s’est accentué en novembre dernier avec l’apparition du mouvement des Gilets Jaunes. Une statistique le prouve : le taux de disponibilité des radars automatiques. De 93 % en 2017, ce dernier est passé à 88,87 % en 2018 et a dégringolé à 75 % en 2019. Un document budgétaire parle ainsi d’une « vague de vandalisme sans précédent », rapporte Les Echos.

Le second facteur pouvant expliquer ce manque à gagner est la légère baisse de la vitesse moyenne. Le document révélé par le quotidien indique ainsi « une légère baisse de la vitesse moyenne des véhicules de tourisme » en 2018, à 79,6 km/h contre 80,8 km/h en 2017. Une tendance qui devrait se confirmer cette année. « Sur les routes limitées à 80 km/h depuis mi-2018, la vitesse moyenne pratiquée sur l'année baisse de 2 km/h. En agglomération, la tendance à la baisse en centre-ville et dans la traversée de petites agglomérations se confirme (-3 km/h depuis 2015) », est écrit sur le document.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES