Assurance auto

Robots-taxis : l'« Autonom Cab » de Navya devrait circuler à Lyon

Publié par le

L’« Autonom Cab » de Navya devrait circuler à Lyon

La jeune start-up Lyonnaise, pionnière dans le secteur des navettes autonomes, devrait faire circuler son robot-taxi, l’« Autonom Cab », dans les rues de la capitale des Gaules. Parrallèlement, la société souhaite s’introduire en bourse et vise un chiffre d'affaires de 30 millions € en 2018.

5 exemplaires du « Cab » vont circuler à Lyon

Un robot-taxi dans le quartier de la Confluence ? Navya, une jeune start-up Lyonnaise lancée en 2014 par Christophe Sapet, souhaite faire circuler son robot-taxi, l’« Autonom Cab », à Lyon. Plus précisément dans le quartier de la Confluence. « Une première expérimentation devrait avoir lieu entre septembre et décembre prochains dans le quartier de la Confluence. Les demandes d'autorisation sont en cours », explique au Point, le PDG de Navya.

Surnommé le « Cab », ce robot-taxi est le premier du genre. Ce qui fait de Navya la pionnière dans le secteur des navettes autonomes. Pour l’expérimentation dans la capitale des Gaules, 5 « Cab » devraient être testés. Une expérience qui devrait également être menée en parallèle en Australie et aux Etats-Unis. Ce n’est pas la première fois que Navya teste ses véhicules. Depuis septembre 2016 une autre navette autonome, la « Shuttle » sillonne les rues de Lyon.

L’« Autonom Cab » coûte 350 000 €

Présenté à Paris en novembre 2017 et à Las Vegas en janvier dernier à l’occasion du salon de l'électronique CES, l’« Autonom Cab » est taxi sans chauffeur, sans volant, ni pédale. D’une longueur de 4,60 m, cette navette autonome peut transporter jusqu’à 6 personnes. Le « Cab » est également, un « bijou » de technologie. Equipée de 10 capteurs lidars pour détecter les obstacles, cette navette est également dotée de 6 caméras, 4 radars et 3 antennes (2 de positionnement par satellite et 1 centrale inertielle). Produite à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, et près de Detroit aux Etats-Unis, l’« Autonom Cab » coûte 350 000 €.

Navya veut s’introduire en bourse

Pour Navya, les robots-taxis représentent le futur du transport urbain. Alors qu’en « 2050, les villes concentreront 70 % de la population mondiale », indique le PDG de Navya, les navettes autonomes devraient permettre de désengorger » les centres-villes. La jeune start-up Lyonnaise veut donc prévoir. Et elle le fait bien. « Nous restons les premiers à livrer des véhicules, qu'ils soient navettes ou robots-taxis. Nous avons clairement une position de leader » sur le marché, se félicite Christophe Sapet. Avec déjà 67 navettes autonomes vendues, Navya voit grand. « Nous voulons lever des fonds pour renforcer nos investissements dans la R & D, ainsi que dans le marketing et les ventes », explique Christophe Sapet au journal Les Echos.

Pour atteindre cet objectif et également celui d’avoir un chiffre d'affaires de 30 millions € en 2018, Navya souhaite s’introduire en Bourse. « Une introduction en Bourse nous permettrait de renforcer la visibilité de Navya à l'international, notamment aux Etats-Unis et en Chine », détaille le PDG de Navya. Un futur plein de promesses pour la société Française.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES