Assurance auto

Sécurité routière : 2 enfants sur 3 sont mal ou pas attachés en voiture

Publié par le

Deux enfants sur trois sont mal ou pas attachés en voiture

La Prévention Routière et Bébé Confort alerte sur le fait que les Français ne savent pas attacher leurs enfants en voiture. Une étude démonter que deux enfants sur trois le sont mal, voire pas du tout. Chaque semaine en France, 1 enfant meurt et 30 sont hospitalisés à cause d'une mauvaise installation.

Siège auto mal arrimé, manière dont les enfants sont assis, abandon du rehausseur, etc.  

Sièges auto et rehausseurs : les parents ne savent pas faire. En France, 64 % des enfants de moins 10 ans sont mis en danger par une mauvaise installation en voiture, s’alarment l’association Prévention routière et la marque Bébé Confort dans une étude révélée par Le Parisien. Si deux enfants sur 3 sont mal protégés, c’est parce que les parents les ont mal équipés (56 % des cas) ou pas attachés du tout (8 % des cas).

D’après l’étude, l’une des erreurs les plus récurrentes serait une mauvaise installation du siège bébé. La Prévention routière évoque « une tension insuffisante du harnais, un harnais vrillé, des épaules de l’enfant en dehors du harnais ». Outre le siège mal arrimé, l’association pointe également du doigt la manière dont les enfants sont assis. Selon elle, ces derniers sont installés beaucoup top tôt face à la route. Seulement 56 % des enfants de moins de 2 ans voyagent dos à la route. Pourtant cette position « dos à la route » permet de maximiser la sécurité du cou et des cervicales de l’enfant. L’étude alerte enfin sur l’abandon trop précoce du siège rehausseur. Alors que 25 % des enfants de 5 ans sont recensés assis à même le siège de la voiture, la Prévention routière rappelle que l’usage d’un rehausseur doit être conservé jusqu’à 10 ans.

Un manque d’information décelé chez les parents

Si ce phénomène est aussi important, les professionnels de la sécurité routière évoquent un manque d’information. « Les erreurs sont dues à un défaut de sensibilisation », explique ainsi au Parisien Pauline Arnou, responsable de produit sécurité pour Bébé Confort. A cela il faut ajouter les problèmes pratiques tels que des enfants qui se déplacent ou se glissent sous la ceinture. « Dans ce cas, expliquer aux enfants les enjeux et les conséquences d’une mauvaise installation est indispensable », insiste Pauline Arnou.

Si la Prévention routière insiste sur cette question, c’est que le risque est bien réel. Chaque semaine en France, 1 enfant meurt et 30 sont hospitalisés à cause d'une mauvaise installation. D’après Le Parisien, en 2017, 1 523 enfants de moins de 10 ont été accidentés en voitures et 47 sont décédés.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES