Assurance auto

Sécurité routière : 400 radars endommagés en juillet

Publié par le

40 % des radars ont été endommagés en juillet

L’abaissement de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h a déjà eu plusieurs conséquences. Si les radars ont flashé deux fois plus d’automobilistes, ils ont également été quatre fois plus vandalisés. En juillet, 400 installations de contrôle ont été endommagées. Pour dissuader les vandales, les autorités songent à placer des caméras.

80 km/h : une mesure toujours aussi clivante

Les radars subissent les foudres de certains automobilistes. Le 1er juillet dernier, le décret abaissant la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires à 80 km/h entrée en vigueur. Les premiers résultats de cette mesure pour le moins clivante était très attendue. Par ses partisans comme ses détracteurs. Premier constat, les chiffres de la Sécurité routière n’ont pas réussi à réconcilier les deux parties. En juillet, 324 personnes sont décédées sur les routes métropolitaines. Si pour certains la baisse continue est à mettre au profit de la mesure sur les 80 km/h, d’autres évoquent un échec. Resté mesuré, le gouvernement demande quant à lui de la patience. Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, indiquait ainsi à l’AFP : « On peut penser que les 80 km/h ont joué un rôle, mais il faut rester extrêmement prudent ».

Un système de vidéosurveillance pour identifier les auteurs

Le passage à 80 km/h sur routes les départementales a également eu deux autres conséquences. Toutes les deux fortement liées. En juillet, si les radars ont flashé deux fois plus d’automobilistes, ils ont également été victimes de vandalismes. Près de 40 % des radars installés sur les routes secondaires ont été endommagés le mois dernier. En tout cela représente 400 installations de contrôle. En temps normal les autorités parlent de 100 radars dégradés. On imagine assez aisément que cette hausse des actes de vandalisme est corrélée à l’entrée en vigueur de la mesure sur les 80 km/h.

Alors que ces dégradations ont un coût (340 € pour remettre en état un radar), les pouvoirs publics songent à installer des caméras sur les installations de contrôle. Un système de vidéosurveillance qui permettrait d’identifier les auteurs et de les sanctionner.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES