Assurance auto

Sécurité routière : baisse de la mortalité de 9,3 % en juin 2018

Publié par le

Les accidents corporels ont diminué de - 5,7 % en juin 2018

La mortalité routière continue de diminuer, et c’est une bonne nouvelle. En juin dernier, le nombre de personnes décédées sur les routes de de France métropolitaine a fortement diminué de - 9,3 % selon la Sécurité routière.

En métropole, 294 personnes sont décédées sur les routes en juin

La tendance à la baisse se confirme pour la mortalité routière. Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a fortement baissé (- 9,3 %) le mois dernier derniers, vient d’annoncer la Sécurité routière. En juin, 294 personnes ont perdu la vie, soit 30 de moins que lors du même mois en 2017. Les autres indicateurs sont également au vert explique l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) :

  • - 5,7 % d’accidents corporels (5 422 contre 5 747 en juin 2017) ;
  • - 7,5 % de personnes blessées (6 651 contre 7 193 en juin 2017) ;
  • - 20,3 % de personnes hospitalisées plus de 24 heures (2 303 contre 2 890 en juin 2017).

Pour ce qui est des Outre-mer, 12 personnes sont décédées sur les routes juin dernier. Soit 3 de moins que l’année dernière. Le nombre d’accidents corporels, de personnes blessées ainsi que de personnes hospitalisées plus de 24 heures, sont également en diminution.

Au premier semestre, la mortalité routière a baissé de - 6,1 % en métropole

Ces données confirment une tendance amorcée depuis la fin de l’année 2017. Pour le deuxième trimestre 2018, la mortalité routière a diminué de - 6,3 % en métropole. Sur l’ensemble du semestre, la diminution est de - 6,1 %. En Outre-mer, le premier semestre 2018 est également meilleur que celui de 2017. Au total, 8 personnes de moins y ont perdu la vie sur les routes. Ces résultats ne sont donc pas corrélés à la limitation de la vitesse à 80km/h sur les 400 000 km de routes secondaires. Du moins pas encore. Il est en effet encore trop tôt pour tirer un bilan de cette mesure qui doit permettre de sauver jusqu'à 400 vies par an.

Du côté de l’ONISR on espère que cette tendance se confirmera le mois prochain, et ce malgré la victoire de la France à la Coupe du monde de football 2018. Si la France entière est encore sur son petit nuage, Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, appelle à la prudence sur les routes. Il rappelle ainsi le triste bilan de juillet 1998, après le premier sacre des Bleus : « Il y a 20 ans, la période du Mondial avait fait trois fois plus de morts ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES