Sécurité routière : des tests capillaires pour lutter contre le fléau de l'alcool au volant

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Sécurité routière : des tests capillaires pour lutter contre le fléau de l'alcool au volant

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Sécurité routière : des tests capillaires pour lutter contre le fléau de l'alcool au volant

|
Consultations : 2263
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance auto : Economisez sur votre assurance auto

Analyser les cheveux d’un conducteur pour connaître son niveau de consommation d’alcool. Au départ, l’idée peut paraître saugrenue. Mais, cette nouvelle technique de détection s’avère particulièrement fiable et simple à mettre en pratique. Ce test pourrait donc prochainement devenir obligatoire pour avoir le droit de récupérer son permis de conduire.

Un passage obligatoire avant la restitution du permis

Consommer de l’alcool avant de conduire augmente considérablement les risques d’accidents sur la route. La perte des réflexes, la diminution de la vision, le manque de concentration sont tout autant de facteurs dangereux pour sa propre sécurité et celle des autres. Les conducteurs ayant commis l’imprudence de prendre leur véhicule avec une trop forte quantité d’alcool s’exposent à un retrait de permis.

Cependant, lorsque vient le moment de leur restituer, difficile de s’assurer que ceux-ci ont définitivement mis un terme à leur consommation de boisson alcoolisée. Pour connaître la consommation d’alcool d’une personne, l’analyse des cheveux est une méthode idéale. On peut ainsi comparer les tests capillaires à une sortede calendrier rétrospectif. Les cheveux grandissent en moyenne d’un centimètre par mois ce qui permet une analyse complète et à différentes périodes de la vie.

Dans le cadre d’une suspension de permis d’une durée de trois mois, trois centimètres de cheveux sont nécessaires pour s’assurer que le conducteur n’a pas consommé d’alcool au cours de cette période.  De ce fait, le test détecte facilement la présence l'éthylglucuronide (EtG), un marqueur lié à la consommation de boisson alcoolisé qui prend racine dans les cheveux. Une dose de plus de 30 picogrammes par milligramme relève une consommation excessive d'alcool supérieure à 60 grammes par jour (6 verres).

Lutter contre la récidive

risque routier

Les tests capillaires sont présentés comme très fiables par l’Académie nationale de pharmacie. Ils ont l’avantage de détecter les réelles habitudes de consommation du conducteur et cela sur le long terme. L’objectif premier de cette nouvelle mesure est d’éviter les récidives. Les médecins pourront ainsi mieux contrôler l’évolution d’une éventuelle addiction chez le patient.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS