Assurance auto

Sécurité routière : la mortalité a baissé de 5,5 % en juillet 2018

Publié par le

Le nombre de morts sur les routes a diminué de - 5,5 % le mois dernier

Un mois après la mise en place de la nouvelle limitation de vitesse à 80 km/h, les chiffres de la mortalité routière étaient très attendus. Selon la Sécurité routière, le nombre de morts sur les routes a baissé de - 5,5 % par rapport à juillet 2017. Un effet du passage à 80 km/h ? Les avis divergents.

324 personnes décédées sur les routes métropolitaine

Les résultats sont une nouvelle fois encourageants. En juillet 2018, le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a diminué de - 5,5 %. Le mois dernier, 324 personnes sont décédées, soit 19 de moins qu’en juillet 2017. Ces résultats confirment une tendance amorcée depuis plusieurs mois déjà. En mai et juin dernier, la mortalité avait respectivement baissé de - 8,4 % et de - 9,3 %. Au total et si l’on ajoute l’Outre-mer, 344 personnes sont décédées et 6 903 ont été blessées.

Une baisse de la mortalité grâce au passage à 80 km/h ?

Un mois après l’entrée en vigueur de la réduction de 90 à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes, détracteurs et partisans de la mesure attendaient impatiemment ces résultats. Pour Pierre Chasseray, délégué général de l'association 40 Millions d'automobilistes, si ces chiffres sont une bonne nouvelle, il serait malhonnête de les relier avec cette mesure. Au contraire même, il explique au micro d’Europe 1 qu’il s’agit d’un véritable échec : « On se retrouve sur une baisse structurelle identique à celle qu'on observe sur les douze derniers mois ».

Cette vision n’est pas partagée par Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. « Il y a eu 119 tués en moins sur les routes depuis le début de l’année, ce qui est inédit depuis quatre ans, se félicite-t-elle. C’est la preuve que dès que le gouvernement fait des annonces fortes en matière de sécurité routière, comme en 2002 avec les radars et en décembre avec les 80 km/h, c’est toujours suivi d’une modification des comportements sur la route », admet-elle au Parisien. Pour le gouvernement, la prudence est de mise : « On peut penser que les 80 km/h ont joué un rôle, mais il faut rester extrêmement prudent », a expliqué auprès de l'AFP Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. Il va donc falloir attendre pour savoir si, réellement, l’abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les 400 000 kilomètres de routes secondaires permet de diminuer la mortalité routière.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES