• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Sécurité routière : la vitesse devrait être limitée à 80 km/h

Publié par le

Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve devrait selon le quotidien Le Parisien, annoncer en janvier 2015, l’expérimentation d’une baisse de limitation de vitesse sur les routes départementales, à 80 km/h.

Une mesure controversée

La mesure est pourtant très controversée puisqu’un sondage lancé récemment sur leparisien.fr a révélé que 83,8 % des internautes étaient contre. Un autre sondage réalisé sur sudradio.fr  confirme cette tendance avec 87 % contre.

Pour les économistes Rémy Prud’Homme et Jean Poulit, appliquer cette mesure représenterait une perte de plusieurs milliards d’euros par an et n’influerait pas sur la sécurité routière.

Pour preuve, en Angleterre, la vitesse des axes secondaires est limitée à 60 miles/h (97 km/h) et le pays enregistre des résultats bien plus satisfaisants qu’en France. Il en est de même pour l’Allemagne avec une vitesse limitée à 100 km/h. Puisque la majorité des pays d’Europe limitent leur vitesse à 90 km/h, un film réalisé par l’association « 40 millions d’automobilistes » en mai 2014 montrait l’étonnement des britanniques face à cette décision.

La mesure n’est pas encore généralisée, l’avenir nous dira si c’est une bonne initiative.

Rouler sans assurance peut couter cher

Ces conducteurs représenteraient entre 370 000 et 740 000 véhicules selon les données de la FGAO, un chiffre alarmant puisque rien qu’en 2013, le FGAO a traité près de 27 164 dossiers de non-assurance, soit une augmentation de 28,4 % depuis 2008.

Le FGAO incite donc les conducteurs à souscrire une assurance avant d’emprunter les routes de France. Les conducteurs souvent freinés par la hausse des tarifs de l’assurance auto préfèrent ne pas la souscrire.

Mais ce désir de réaliser des économies peut très vite couter cher. En effet, le défaut d’assurance est sanctionné par une amende de 3 750 €, d’un stage de sensibilisation, d’une suspension du permis de conduire et parfois même d’une condamnation à faire un travail d’intérêt général. Et en cas d’accident grave ayant coûté la vie d’un tiers, le responsable pourrait payer toute sa vie.

Pour ne pas risquer de telles sanctions et pour préserver la vie des tiers et sa propre vie, il est important de s’assurer !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES