Assurance auto

Sécurité routière : les chauffards monégasques flashés en France devront payer leurs amendes

Publié par le

Les conducteurs monégasques coupables d'une infraction routière en France ne pourront plus échapper à l'amende

Une situation rocambolesque va bientôt prendre fin ! En effet, la France et la principauté de Monaco vont bientôt systématiser leurs échanges pour identifier les conducteurs de véhicules immatriculés à Monaco qui se rendent coupables d’infractions routières dans l’Hexagone. Or, faute d’accord entre les deux pays, ces chauffards n’étaient jusqu’à présent pas verbalisés…

100 000 infractions routières enregistrées en 2018

Jusqu’à aujourd’hui, le conducteur d’un véhicule terrestre à moteur immatriculé à Monaco n’était pas verbalisé en cas d’infraction au Code de la route commise sur le territoire français, faute d’accord entre la France et la principauté concernant l’accès aux informations relatives aux propriétaires de ces véhicules.

D’ailleurs, nombreux sont les conducteurs monégasques à avoir profité et abusé de cette absence d’accord : en 2018, ils ont commis plus de 100 000 infractions routières en France, et ce, alors même que l’on dénombre dans la principauté seulement 40 000 habitants….

Les conducteurs au « comportement particulièrement choquant »

Depuis trois ans déjà, les échanges sont plus réguliers entre la France et Monaco pour lutter contre cette espèce d’impunité. Toutefois, le nouvel accord récemment conclu va permettre d’aller plus loin dans la collaboration entre les deux Etats.

En effet, on va assister prochainement à une systématisation de ces échanges entre les autorités françaises et monégasques. Ainsi, les chauffards de la principauté devront bientôt acquitter le paiement d’une amende en cas d’infraction routière commise en France.

Malheureusement, en dépit de cet accord, certains contrevenants passeront encore à travers les mailles du filet. Comme le signale Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière, un « tri » a dû être effectué car il ne s’agit pas d’une directive européenne et ce sont les conducteurs au « comportement particulièrement choquant » qui sont surtout concernés par cette évolution des échanges entre la France et Monaco. Et, l’intéressé d’ajouter que « contrairement aux autres pays de l’UE, on ne peut envoyer toutes les contraventions. ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES