Assurance auto

Sécurité routière : les mauvais comportements sont en hausse sur autoroute

Publié par le , Mis à jour le 04/07/2019 à 11:25

Selon la Sanef, il y a davantage de mauvais comportements sur autoroute

Dans son nouvel observatoire annuel dévoilé par Europe 1, la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (Sanef) signale une augmentation des mauvais comportements routiers. Les experts mettent en évidence les trois dangers suivants : la vitesse, le téléphone au volant ainsi que les débords de poids lourds sur la bande d'arrêt d'urgence. Des écarts de conduite relevés sur deux tronçons de l'A1 et de l'A13.

Tous les 1/4 d’heure, un camion roule sur la bande d'arrêt d'urgence

Dans la huitième édition de son observatoire, la Sanef signale que 21 % des poids-lourds débordent sur la bande d'arrêt d'urgence, ce qui représente un camion sur cinq et un écart toutes les deux minutes. Pire, toutes les quinze minutes, un camion roule dans cette voie réservée pour l’arrêt ou le stationnement de véhicules qui se trouvent confrontés à une situation grave.

Responsable de la sécurité routière à la Sanef, Pascal Contremoulins évoque la « distraction » qui existe chez certains chauffeurs routiers. Elle peut être causée par le téléphone, par l’utilisation de ce dernier pour l’envoi d’emails et de SMS, par une tâche autre que la conduite ou par la somnolence.

A noter que les deux tronçons de l'A1 et de l'A13 possèdent des barrettes sonores qui sont censées éviter tout débordement sur la bande d’arrêt d’urgence…

43 % des automobilistes ne respectent pas la vitesse autorisée

Autre enseignement de ce rapport 2019 de la Sanef : près de 6 % des automobiles tiennent leur téléphone en mains pendant la conduite. Seuls 3,7 % d’entre eux avaient un tel comportement en 2015. De plus, ce sont 15 % des chauffeurs poids-lourds qui conduisent avec leur téléphone dans la main…Or, l’inattention ainsi que les manœuvres dangereuses ont représenté un tiers des accidents mortels sur autoroute en 2018.

Mais, le téléphone n’est pas le seul responsable. Ainsi, sur l’autoroute, la vitesse excessive est impliquée dans un accident sur sept. Là aussi, le nouvel observatoire de la Sanef témoigne d’une dégradation des comportements routiers : après deux années de baisse, ce sont 43 % des véhicules qui roulent au-dessus de la vitesse autorisée contre 38 % l’année dernière. Cela correspond au niveau le plus élevé depuis la création de l’observatoire.

Enfin, et il s’agit malheureusement d’une habitude, ces comportements répréhensibles s’accompagnent du non-respect des distances de sécurité entre véhicules.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES