Assurance auto

Sécurité routière : recul « historique » de la mortalité en 2018

Publié par le , Mis à jour le 28/01/2019 à 16:24

Recul « historique » de la mortalité routière en 2018

Alors que les critiques sur l'abaissement de la vitesse maximale à 80 km/h sont toujours aussi nombreuses, Edouard Philippe dévoilait ce lundi 28 janvier le bilan 2018 de la sécurité routière. Un bilan historique selon le Premier ministre.

3 259 personnes décédées sur les routes en France métropolitaine

Des « résultats historiques » mais les 80 km/h toujours en débat. « Il n’y a jamais eu aussi peu de morts sur les routes françaises » : Edouard Philippe a annoncé ce lundi 28 janvier une baisse « historique » du nombre de tués sur les routes en 2018. Présent à Coubert (Seine-et-Marne), le Premier ministre a dressé le bilan 2018 de la sécurité routière. L’année dernière, 3 259 personnes sont décédées sur les routes en France métropolitaine, soit 189 de moins qu’en 2017. Alors que la France restait sur trois années successives de hausse, le Premier ministre s’est dit « fier de ces chiffres historiques ». C'est effectivement un plus bas historique qui a été atteint.

Edouard Philippe défend les 80 km/h

Après avoir ajouté que « le nombre de blessés hospitalisés pendant moins de 24 heures avait lui aussi baissé (- 25 %), Edouard Philippe a tenu à défendre les 80 km/h. Premier argument de poids : les chiffres. Selon le Premier ministre, 116 vies ont été épargnées sur les routes secondaires abaissées à 80 km/h au 1er juillet. S’il a jugé « légitime de discuter » de cette mesure dans le cadre du grand débat national, le chef du gouvernement a expliqué qu’il serait « fou d’abaisser le niveau d’ambition ». Si Emmanuel Macron avait laissé entendre qu'il pourrait concéder des aménagements, Edouard Philippe garde le cap.

« Quand nous avons pris cette décision avec le gouvernement, avec le président de la République, nous avons pris nos responsabilités. Nous avons pris une décision que nous savions impopulaire (…) mais qui ne nous paraît pas remettre en cause la façon dont nos concitoyens peuvent se déplacer et qui produit des résultats. Nous sommes fiers des résultats, de ces vies épargnées », a-t-il ajouté.

Un bilan contesté par les anti-80 km/h

La contestation contre l'abaissement de la vitesse maximale à 80 km/h ne faiblit pas depuis juillet. Au contraire, cette dernière a même redoublé depuis mi-novembre et le mouvement des « gilets jaunes ». Le bilan dévoilé par Edouard Philippe n’a d’ailleurs que très peu convaincu ses opposants. « La mortalité routière était déjà largement orientée à la baisse une année avant l'entrée en vigueur des 80 km/h », indique l'association 40 millions d'automobilistes. Une position qui tranche avec celle des partisans de la mesure et notamment de la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon : « Le premier ministre a montré qu’il avait raison, envers et contre tous. Nous lui serons toujours reconnaissants ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES