Assurance auto

Trois quarts des Français estiment que le marché automobile est trop complexe à comprendre

Publié par le , Mis à jour le 30/11/2021 à 10:00

Depuis le début de la crise sanitaire, une mue d’ampleur s’opère sur le marché automobile français : irruption de l’électrique, vente en ligne, location et leasing… Mais cette mutation est-elle en accord avec les attentes des automobilistes ? C’est la question posée par une étude d’Adot et Reworld Media Connect. 

Posséder sa voiture : toujours une priorité ?

La première question posée, essentielle, est d’abord celle de l’attrait pour l’automobile. Avec les restrictions de déplacement et autres couvre-feux, l’utilisation des voitures a été fortement réduite, en particulier en 2020. À tel point que de nouvelles mobilités douces et citadines, qui semblent s’enraciner dans le paysage, ont émergé, et notamment les vélos électriques et NVEI (trottinettes, hoverboards, gyropodes…).

Toutefois, la « vélorution » à l’œuvre, ainsi que l’engouement pour les voitures électriques sans permis, ne paraissent pas faire disparaitre l’attrait pour la traditionnelle auto. Selon cette étude, 92% des automobilistes interrogés affirment que posséder sa propre voiture est pour eux important. En creux, néanmoins, un nouveau désire se dessine : celui de s'abonner à son véhicule. 

Un quart de ce même échantillon précise en effet qu’il souhaiterait pouvoir avoir recours à une voiture sans en être le propriétaire, sur le principe du free floating, qui existe par exemple pour les trottinettes. Une potentielle nouvelle tendance dont se sont déjà emparées quelques plateformes, qui proposent un abonnement mensuel à une voiture, avec assurance et entretien inclus, sur le modèle de services tels que Netflix.

Une offre de moins en moins lisible

Une éventuelle révolution, entre la location courte durée et le leasing, qui décrit bien la vitesse à laquelle le secteur est en train de bouger. Face à cette mutation rapide, les automobilistes se retrouvent toutefois quelque peu perdus. C’est le deuxième grand enseignement de cette enquête : 73% des personnes interrogées jugent que le marché est devenu compliqué à comprendre.

L’offre automobile est particulièrement visée : quelles différences entre une hybride rechargeable, une non-rechargeable, et une voiture 100% électrique ? Et entre une LOA et une LLD pour la financer ? Surtout, une législation qui change chaque année pour les bonus et le malus écologique ajoute à la confusion. 

Au sein de cette complexité, ce sont toutefois les véhicules hybrides qui tirent leur épingle du jeu. Situés dans un entre-deux entre écologie et vieilles habitudes, ils parviennent à convaincre une majorité de Français (54%). C’est en revanche après l’achat de ces derniers que de nouvelles envies se font également une place.

Avec la pandémie, et l’essor du télétravail, l’intérêt pour les services à domicile a explosé : livraisons des achats, des courses, des repas… Le tout complété par l’accès à de nombreuses plateformes et à de nouveaux produits (comme les assurances digitales, qu’il est possible de souscrire entièrement de chez soi, par exemple).

Au cœur de cette mutation : la fin des concessionnaires ?

En lien avec ce nouveau paradigme, les services automobiles à domicile ont également gagné du terrain. Dans l’incapacité de se rendre en concession, les acquéreurs de voitures se sont tournés vers la vente en ligne. Des sites comme Aramisauto ont vu leur nombre de visites grimper en flèche. Visite du véhicule, choix des options, achat, financement : tout est désormais faisable en ligne avec en prime la livraison à domicile et le retour gratuit. Soit la possibilité d’acheter sa voiture comme n’importe quel objet du quotidien. 

De ce changement majeur est né plusieurs nouvelles envies : celui de l’entretien à domicile (pour 60% des sondés), mais aussi de la livraison et de l’essai chez soi (pour 52%). « Au lieu de tourner quelques minutes autour du concessionnaire, vous pouvez pendant un mois utiliser votre voiture dans les vraies conditions : pour partir en weekend, avec vos enfants, ou votre animal de compagnie, etc. Vous pouvez ainsi voir si votre voiture vous plait vraiment, et, sinon, vous la rendez. Cette pratique nous semble bien plus respectueuse du client, et sans aucune pression à l’achat. », nous explique Fabien Cazes, de chez Aramisauto.

De tous les changements évoqués ici est actuellement à l’œuvre, celui qui concerne les concessionnaires n’en a pas fini d’alimenter le débat. La vente de voitures repose en effet de longue date sur un réseau de concessions important pour chacun des grands constructeurs. Remodeler leur rôle ou s’en séparer ne sera pas une mince affaire.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES