Assurance auto

Voies sur berge : le nouvel arrêté n'évoque plus la pollution

Publié par le , Mis à jour le 08/03/2018 à 16:10

Piétonnisation des voies sur berge : nouvel arrêté de la Mairie de Paris

Deux semaines après l’annulation par le tribunal administratif de Paris de la fermeture des voies sur berge à la circulation automobile, la Mairie de Paris a pris un nouvel arrêté. Entré en vigueur aujourd’hui, le texte n’évoque plus la réduction de la pollution de l’air mais la valorisation du patrimoine parisien. Coup de projecteur.

L’authenticité et l’intégrité des voies sur berge

A la différence de l’arrêté du 18 octobre 2016, le nouveau texte pris par la maire de Paris, Anne Hidalgo, ne fait plus référence à la « réduction des émissions de polluants atmosphériques » ni même à l’« amélioration de la santé publique ».

En effet, l’arrêté du 8 mars 2018 légitime la piétonnisation des 3 kilomètres de quais sur la rive droite de la Seine par des arguments à la fois touristiques et patrimoniaux. Plus précisément, il est dit dans ce texte que cette « interdiction de circulation des véhicules à moteur sur les quais bas des berges de la Seine » permet la préservation de l’« authenticité » ainsi que de l’« intégrité » de ce bien classé au patrimoine mondial. Et, le texte d’ajouter que, faute d’interdiction de la circulation, c’est la « valorisation du site à des fins esthétiques et touristiques » qui se trouve compromise.

Les Parisiens favorables à la piétonnisation

Si Anne Hidalgo n’a pas fait mystère de son intention de « maintenir la piétonnisation » des voies sur berge, ce nouvel arrêté « tire les conséquences » de la décision rendue par le tribunal administratif de Paris le 21 février dernier.

Alors qu’elle peut sembler anecdotique de prime abord, l’absence de référence à l’environnement et à la pollution évite à la municipalité parisienne de devoir produire une nouvelle étude d’impact qui risquait d’être épinglée par le juge administratif comme ce fut le cas avec l’arrêté du 18 octobre 2016.

En attendant de faire peut-être appel du jugement rendu par le tribunal - pour ce faire, la mairie a jusqu’au 21 mai 2018 - un nouveau sondage a été commandé. Réalisé auprès d’un millier de personnes entre les 2 et 6 mars derniers, il laisse apparaître qu’une majorité de Parisiens (ndlr : 55 %) sont en faveur du maintien de la piétonnisation des voies sur berge et 66 % d’entre eux se disent favorables à la politique de réduction de la place de la voiture afin de lutter contre la pollution de l’air.

Notez enfin qu’un grand rassemblement aura lieu le 15 mars 2018 sur les quais à l’initiative de l’association Respire et d’autres collectifs au cri de « Des poussettes contre la pollution. Non au retour des voitures ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES