Voiture autonome : quelques embuches avant leur lancement ?

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance auto > Voiture autonome : quelques embuches avant leur lancement ?

Actualité de l'assurance

Assurance autoVoir toute son actualité

Voiture autonome : quelques embuches avant leur lancement ?

|
Consultations : 694
Commentaires : 0
Voitures autonomes : il reste de la route avant d'arriver à la perfection

Si pour le moment, les voitures connectées prennent de plus en plus de place sur la marché automobile, le moment de voir arriver les voitures entièrement autonomes n’est pas encore arrivé. Des tests sont menés par les grands noms  (Uber, Google, Telsa) mais il reste du chemin à faire pour que les voitures autonomes soient monnaie courante.

Encore de nombreux obstacles pour aller vers la voiture autonome

  • La question des lois

Globalement, la législation française prévoit – à travers son code de la route - que les conducteurs doivent « se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ».

Or, par définition, un véhicule autonome n’a pas de conducteur. Pourtant, le passager devra être en mesure de reprendre une conduite manuelle en cas de besoin, et donc de rester vigilant. La loi ne changerait donc pas à l’arrivée des véhicules autonomes.

  • Manque d’uniformité du secteur

En phase de test, les constructeurs des voitures autonomes travaillent de manière indépendante. Rien n’est encore uniformisé. Cependant, des regroupements de constructeurs de même pays se forment.

Seul du côté des objets connectés et système embarqué, les différents secteurs travaillent ensemble au sein du Car Connectivity Consortium (CCC).

Le frein le plus important reste celui de a connexion entre les voitures des différents constructeurs : Les voitures parviendront-elles à entrer en contact les unes avec les autres ?

  • Tout à faire en termes d’infrastructure

Pour que les véhicules autonomes observent une circulation optimisée, les infrastructures routières devront être équipées de nombreux capteurs. Un des paramètres les plus longs à mettre en place, qui selon le cabinet A.T Kearney devrait commencer à être opérationnel d’ici 2035.

  • La question de la solidité de l’infrastructure technique et logistique

La question est de savoir si les pannes des infrastructures ou du réseau sont probables, sachant qu’il est compliqué d’admettre l’éventualité d’une panne dans le cadre de la sécurité corporelle des utilisateurs. D’autre part, il serait difficile d’imaginer la panne d’un véhicule en raison d’une défaillance du réseau en à cause d’une mauvaise météo. Les constructeurs doivent intégrer le risque de panne.

Avant de parvenir à un service sans faille, et il reste encore du travail pour en arriver à l’excellence.

  • La sécurité de la connexion

Les problèmes de hackings des systèmes électroniques ont été démontrés. Voir notre article.

 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS