Assurance auto

Voiture autonome Uber : le véhicule a détecté mais ignoré la victime

Publié par le

Le véhicule autonome responsable de l’accident avait détecté la victime

En mars dernier, un véhicule autonome Uber avait percuté et tué une jeune femme à Tempe (Arizona, Etats-Unis). Selon les premières analyses de l’enquête, la voiture a délibérément choisi de ne pas éviter la victime.

Les ingénieurs ont donné une trop grande « tolérance » au logiciel Uber

Un rapport qui pose plusieurs questions sur l’avenir de la voiture sans chauffeur. Dimanche 18 mars, un véhicule autonome de l’entreprise Uber avait percuté une femme qui traversait la route à Temps, dans l’Arizona (Etats-Unis). Il s’agissait du premier accident entre une voiture autonome et un piéton. Et si à l’époque les spécialistes avaient estimé qu’Uber avait trop réduit le nombre de capteurs sur son auto, les causes de l’accident mortel seraient tout autre. Le site Mashable, révèle que selon les analyses, le véhicule aurait bien détecté la femme de 49 ans. Ce dernier a néanmoins choisi de ne pas l’éviter car ses capteurs n’ont pas identifié la victime comme étant une personne.

Selon le site The Information, cette décision est la conséquence du réglage du logiciel Uber. Une grande « tolérance » lui a été donné pour ignorer les « faux positifs ». Entendez des objets mouvant devant le véhicule mais qu’il n’est pas nécessaire d’éviter. C’est par exemple le cas des sacs plastiques. Le soir de l’accident, le véhicule a donc jugé qu’il n’était pas nécessaire d’éviter le piéton car cette dernière était un « faux positifs ».

Voiture autonome : les questions éthiques subsistent

Cet accident a soulevé plusieurs questions d’ordre éthique. Depuis les prémices, le développement de la voiture autonome alimente différentes craintes. Celles-ci se concentrent toutes autour d’une question « quelles règles doit-elle respecter ? ». En Janvier dernier, des chercheurs de l'Université de Bologne (Italie) avaient essayé de répondre à cette question en proposant de responsabiliser le conducteur. Un « bouton éthique » a ainsi été imaginé dans le cas où un accident serait inévitable. Le conducteur pourrait alors choisir « de tuer ou être tué ».

Les spéculations sont multiples, notamment en Arizona où a eu lieu l’accident. Alors que le véhicule fait un calcul coût-avantage, les accidents vont-ils se répéter si la personne à bord a une plus grande valeur que le piéton selon l’auto ?  

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES