Assurance auto

Voiture LAPI : 12 000 plaques d'immatriculation scannées par jour

Publié par le

Stationnement : qu'est-ce que la « sulfateuse à PV » ?

Une auto un peu spéciale circule dans plusieurs villes de France. Equipée du système LAPI, celle que l’on surnomme la « sulfateuse à PV » est capable de scanner 12 000 plaques d'immatriculation par jour.

La LAPI surnommée « sulfateuse à PV »

Connaissez-vous la LAPI (lecteur automatique de plaques d’immatriculation) ? Vous avez peut-être entendu parler de la « sulfateuse à PV » ? Rapide, efficace, discrète : l’auto LAPI chasse les resquilleurs sur les zones de stationnement payant grâce à ses caméras à 360 degrés. Déployée dans plusieurs villes, cette voiture un peu spéciale est capable de scanner 12 000 plaques d'immatriculation par jour. Des performances qui lui valent le surnom de « vampire » ou de « sulfateuse à PV ».

Mais comment cette machine du futur fonctionne-t-elle ? Des caméras à 360 degrés, fixées sur le toit, scannent toutes les plaques d'immatriculation. A l’intérieur, dans l’habitacle, ces caméras sont reliées à une tablette où l’ont peut voir les numéros d'immatriculation défiler. Toutes ces données sont ensuite transmises à un service chargé de vérifier que les numéros d’immatriculation ont bien été enregistrés par les automobilistes. Un FPS, ou « forfait post-stationnement », est alors dressé. 

Un système mi-automatisé mi-humain

Un système ultra-rapide et qui reste dans la légalité. Le fait que le système soit mi-humain mi-automatisé respecte en effet les préconisations de la CNIL. Cette autorité indépendante stipule que « aucune décision de justice impliquant une appréciation sur le comportement d’une personne ne peut avoir pour fondement un traitement automatisé de données à caractère personnel ».

A Marseille, Paris ou encore Pau cette auto canalise pourtant la colère des automobilistes. Malgré la légalité du système, les débats sont nombreux. Un reportage de l’émission « Envoyée spécial » diffusé sur France Télévision mettait en exergue les problèmes inhérents à la « sulfateuse à PV ». Parmi eux le fait que la voiture LAPI ne parvienne pas à distinguer les différentes places de stationnement. Un véritable problème pour les livreurs notamment. Alors qu’ils peuvent stationner gratuitement sur les places livraisons, la « sulfateuse à PV » les flashe. Et il est difficile de parler avec une machine pour lui faire entendre raison.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES