• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance auto

Volkswagen : « tromperie aggravée » en France

Publié par le

Volkswagen : au tour de la justice française

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une information judiciaire pour « tromperie aggravée » dans l’affaire des moteurs truqués Volkswagen. La justice française pourra donc enquêter sur les pratiques du constructeur allemand soupçonné d’avoir installé sur ses moteurs Diesel un logiciel pour manipuler les émissions polluantes lors des tests. Etat des lieux.

Logiciel truqueur : la DGCCRF confirme

Lundi 7 mars 2016, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a annoncé que ses travaux avaient permis de confirmer la présence d’un logiciel truqueur dans les automobiles de marque Volkswagen vendues en France. Selon Nathalie Homobono, directrice générale de l’organisme, le « caractère intentionnel de la fraude » a ainsi pu être mis en évidence.

A noter aussi que des centaines de propriétaires de voitures Volkswagen ainsi que l’association Ecologie sans frontière (ESF) ont déjà déposé plainte contre X pour « tromperie aggravée » et « mise en danger de la vie d’autrui ».

La direction de Volkswagen savait-elle ?

Volkswagen doit aussi composer avec des poursuites judiciaires ailleurs dans le monde avec des enquêtes en Allemagne, en Espagne ou encore aux Etats-Unis.

Depuis le début de l’affaire, le constructeur rejette la faute sur certains de ses salariés ingénieurs et techniciens qui, depuis 2006, auraient agi à l’insu de la direction. Si l’on en croit de récentes révélations, Martin Winterkorn, ancien patron de Volkswagen, aurait été averti dès 2014.

Enfin, une enquête interne menée par un cabinet d’avocats laisse apparaître que l’installation du « logiciel truqueur » aurait été décidée en fin d’année 2006.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES