Assurance Chien et Chat

Animaux : la vente en animalerie interdite en Angleterre

Publié par le , Mis à jour le 25/04/2020 à 13:40

Il n'est plus possible d'acheter un chien ou un chat dans une animalerie d'Angleterre

C’est officiel, l’Angleterre a décidé d’interdire la vente des animaux en animalerie. Désormais, les futurs propriétaires devront se tourner vers des refuges ou des éleveurs déclarés « responsable » par les autorités. Une victoire pour les amis des bêtes. 

80.000 chiots vendus chaque année par des revendeurs illégaux 

La décision est historique et pourrait un jour, inspirer la France. L’Angleterre a décidé de mettre fin à la vente de chiens et chats dans les animaleries. La loi Lucy qui tient son nom d’une petite chienne victime d’une usine à chiots au Pays de Gaulle a décidé d’en finir avec cette pratique. 

Désormais, une personne qui souhaite acquérir un animal de compagnie devra se tourner auprès d’un refuge ou d’un éleveur déclaré responsable par les autorités compétentes. Un éleveur qui devra respecter certaines règles strictes : « élever des chiots avec leur mère et les garder dans de bonnes conditions » peut-on lire sur le site de 30 millions d’Amis qui relaye cette information. Et gare à ceux qui ne respecteraient par la loi. Les sanctions contre la cruauté envers les animaux ont été alourdies passant de 6 mois à 5 ans de prison.

L’objectif de cette loi est de lutter contre le trafic de chiens et chats. Des animaux qui sont très souvent nés dans des conditions inhumaines et qui ont des problèmes de santé : « Nous estimons qu’environ 80.000 chiots sont vendus chaque année par l’intermédiaire de revendeurs illégaux » explique Marc Abraham, le fondateur de l’association Pup Aid. 

L’Angleterre n’est pas le premier pays à se prononcer en faveur du bien-être animal. Depuis le 1er janvier 2019, l’état de Californie aux Etats-Unis interdit lui aussi, la vente des animaux d’élevages dans les animaleries. Seuls les chiens ou chats venant des refuges peuvent être « vendus » dans ces établissements. Les animaleries doivent d’ailleurs tenir un registre sur la provenance des animaux sous peine d’une amende de 500 dollars par animal.

La France part en guerre contre les abandons d'animaux

En France, il n’est pas encore question d’interdire la vente des animaux dans les animaleries. Le gouvernement planche actuellement sur les abandons des animaux. Alors que le pays se place en tête du podium des abandons en Europe, Didier Guillaume, le ministre de l’agriculture s’est emparé du sujet. 

Fin 2019, il annonce le lancement d’une mission parlementaire pour connaître « la situation exacte » et ainsi obtenir « des chiffres, quelque chose qui soit non discutable ». Ce rapport permettrait aussi de mettre en place des sanctions envers les propriétaires qui laisseraient un animal sur le bord de la route : «  On ne prend pas un animal de compagnie pour se faire plaisir et puis quand je pars en vacances on l’abandonne ». 

Récemment, le ministère de l’agriculture a décidé de durcir le ton envers les propriétaires de chat non-identifié. Le gouvernement devrait dans les prochains mois sanctionner les personnes qui ne respecteraient pas la législation en vigueur. Selon les données, quasiment 1 chat sur deux n’est pas identifié. Les propriétaires qui ne respecteraient pas la loi s’exposeront à une amende de 135 euros. 

Des décisions sur les abandons des animaux qui vont devenir essentielles. En raison du confinement pour lutter contre le Covid-19, la SPA s’attend trouver de nombreux chiens et chats sur le bord de la route. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES