Assurance Chien et Chat

Coronavirus : des chiens utilisés pour détecter le virus

Publié par le , Mis à jour le 20/02/2021 à 14:17

Une expérimentation inédite vient d’être lancée par la région Ile-de-France. 2 000 jeunes vont être testés par des chiens renifleurs. L’objectif de cette expérience est de savoir si les canidés sont en mesure de détecter efficacement la Covid-19.

« Cela allègerait considérablement les procédures de tests »

La région Ile-de-France vient de lancer une étude pour confirmer l’efficacité des chiens renifleurs dans la détection de la Covid-19.

Cette expérience scientifique est menée par l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort. Au total, 2 000 jeunes (étudiants, lycéens, collégiens et apprentis) vont être testés par des animaux ces prochains jours.

Comme l’explique LCI, les chiens vont devoir renifler des compresses imbibées de la sueur des volontaires. S’ils détectent le virus, ils marquent un arrêt et obtiennent une récompense.

La compresse est ensuite comparée avec les prélèvements nasopharyngés par les scientifiques de l’AP-HP. Les résultats seront connus dans les 3 semaines. Si l’expérience est concluante, l’utilisation des canidés pourra être déployée sur l’ensemble du territoire.

Avec cette méthode, les vétérinaires et médecins espèrent accélérer la cadence du dépistage : "Comme le chien détecte une compresse de transpiration positive au Covid-19 en moins de 60 secondes, on peut imaginer du dépistage dans des situations où il y a un grand nombre de personnes, les aéroports d'une part, mais aussi les universités, où les chiens dépisteraient et où les seules personnes négatives pourraient entrer, on a besoin d'élargir les tests, quoi qu'il arrive" explique Constance Delaugerre, professeur de virologie à l’hôpital Saint Louis.

De son côté, Valérie Précresse, Présidente de la région précise : « Si ça fonctionne, ça allègerait considérablement les procédures de tests, il suffira de se mettre une compresse dans la nuque ou sous le bras et de la faire renifler, ça serait vraiment révolutionnaire ».

Un vétérinaire entre au conseil scientifique

Outre cette expérimentation, un vétérinaire va faire son entrée au conseil scientifique. Thierry Lefrançois, directeur scientifique du Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).

Dans un communiqué, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation s’est réjoui de cette nouvelle : « L’intégration d’une expertise vétérinaire au sein du conseil scientifique, permettant de développer l’approche interdisciplinaire qui est nécessaire tant au plan national qu’aux niveaux européen et international ».

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance chien-chat

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES