La dysplasie du coude exclue de l'assurance chien

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance chien et chat > La dysplasie du coude exclue de l'assurance chien

Actualité de l'assurance

Assurance Chien et ChatVoir toute son actualité

La dysplasie du coude exclue de l'assurance chien

|
Consultations : 1643
Commentaires : 0
Malformation du coude : un problème héréditaire

La dysplasie touche généralement la hanche du chien, mais elle peut également affecter le coude.  La dysplasie du coude est un terme désignant la malformation du coude chez le chien. Cette maladie héréditaire faisant partie des exclusions n’est pas prise en charge par l’assurance chien.

La dysplasie du coude chez le chien

Trois maladies sont responsables de la dysplasie du coude du chien à savoir la non-union du processus anconé, la non-union de l’apophyse coronoïde médiale et l’épicondyle huméral médial non soudé. Elles peuvent toutes les trois se transformer en une arthrose secondaire. Ces différentes maladies sont favorisées par le facteur génétique des chiens de grandes races. L’intervention chirurgicale est le seul traitement qui peut réparer ces pathologies.

La non-union du processus anconé ainsi que l’épicondyle huméral médial non soudé se développe chez les jeunes chiens entre 4 et 8 mois. Un seul ou les deux coudes peuvent être atteint de la dysplasie. Ils sont généralement dus à un déséquilibre biomécanique de la croissance. Les trois maladies provoquent une douleur à l’articulation du coude entrainant une boiterie intermittente affectant la démarche de l’animal.

La dysplasie, un problème héréditaire

La dysplasie du coude ou de la hanche est héréditaire. D’autres facteurs externes peuvent également être à l’origine de cette maladie comme une mauvaise alimentation ou les exercices intenses. En plus de favoriser le développement de la maladie, ces facteurs peuvent également aggraver les pathologies de l’animal. Ces affections aboutissent par l’apparition d’une arthrose secondaire.

La dysplasie évolue en 5 stades. Au stade A, le chien est encore immunisé contre la maladie. Au stade B, il présente un état sensiblement normal. Au stade C, le chien est touché par une dysplasie légère qui n’affecte pas encore sa démarche. La dysplasie moyenne se manifeste au stade D et la dysplasie grave au stade E. L’état de santé du chien varie en fonction de sa taille et de sa race à ce stade.

La loi sur les maladies héréditaires du chien

La loi définit 6 maladies rédhibitoires chez le chien, à savoir la maladie de Carré, l’hépatite de Rubarth, la parvorirose canine, l’ectopie testiculaire, l’atrophie rétinienne et la dysplasie. Ces maladies héréditaires sont exclues de l’assurance chien. Il est donc important de bien vérifier l’état de santé du chien lors de son achat. L’éleveur ou l’animalerie doit pour cela confirmer l’absence de maladie et anomalies génétiques de l’animal lors de l’achat.

Les frais vétérinaires des maladies héréditaires ne sont pas pris en charge par l’assurance chien. Il en est de même pour les maladies contagieuses contractées par l’animal avant la souscription d’un contrat d’assurance. La seule solution pour le propriétaire du chien est d’entamer un recours en justice contre le vendeur. Il doit pour cela prouver la mauvaise foi du vendeur sur la présence de la maladie chez l’animal lors de la vente. Ceci par un certificat de suspicion de maladie contagieuse établi par le vétérinaire.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS