Assurance Chien et Chat

Une cagnotte pour ouvrir une maison de retraite pour chiens policiers

Publié par le , Mis à jour le 02/04/2019 à 10:18

Deux policiers souhaitent offrir une nouvelle vie à des chiens réformés

Les animaux réformés de la police vont-ils bientôt couler des jours heureux ? C’est ce que souhaitent deux policiers de Marseille qui ont lancé une cagnotte afin de créer une maison de retraite pour chiens. Une première en France.

«Le pire est souvent inévitable »

Un beau geste pour offrir une fin de vie paisible à leurs collègues canins. Deux policiers de la brigade canine de Marseille viennent de lancer une cagnotte pour créer une maison de retraite pour les animaux réformés. À l'origine, les deux conducteurs cyno-techniciens de la police nationale souhaitent venir en aide à Erros, un berger malinois spécialisé dans la recherche de drogue et de billets qui a officié pendant 6 ans parmi les forces de l’ordre. Un chien policier qui, comme beaucoup, n’arrive pas à trouver une nouvelle famille : « certains animaux ont des caractères qui ne permettent pas de leur trouver une famille de substitution. Pour eux, une fois la retraite actée, le pire est souvent inévitable » expliquent-ils dans le descriptif de leur cagnotte en ligne.

Pour sauver ces animaux, les deux policiers souhaitent créer une maison de retraite. Une première en France. La police nationale qui n’a pas été insensible à cette histoire a proposé son aide en cédant un terrain jouxtant le chenil qui accueille des chiens toujours en activité. D’ailleurs, elle fournit également le raccordement à l’eau et l’électricité.

Des chiens policiers entrainés à la défense ou à la détection de produits prohibés

Même avec ce coup de pouce de la police nationale, un financement complémentaire est nécessaire pour élaborer au mieux le projet qui est estimé à 40 000 euros. À l'heure actuelle, plus de 22 000 euros ont été collectés.

Les chiens qui aident au quotidien les forces de l’ordre proviennent très souvent de refuges ou ont été donnés par des particuliers qui n’ont jamais réussi à les dresser.  Les chiens sont ensuite entrainés à la défense ou à la détection de produits prohibés comme c’est le cas d’Erros. En moyenne, les animaux travaillent avec la police pendant huit ans.

Les deux policiers espèrent que cette idée fera des petits avec peut-être la création d’autres maisons de retraites pour chiens policiers partout en France.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES