Assurance credit

A partir de 2 ans dans un logement, mieux vaut l'acheter que le louer

Publié par le

Immobilier : en 2019, il est plus économique d'acheter que de louer

En raison de taux d’intérêt historiquement bas, il est financièrement plus intéressant d'acheter un logement que de le louer. Un constat qui n’est toutefois pas valable dans l’ensemble des villes Hexagonales. A Paris, Bordeaux ou Lyon, la location reste à privilégier.

Il suffit de 1 an et 9 mois pour acheter un 70 m2

Les conséquences de la vertigineuse chute des taux sont multiples. Selon le Crédit logement/CSA, les taux d’intérêt sur 20 ans sont aujourd’hui à 1,14 %. Un niveau historiquement bas qui provoque une ruée sur le marché immobilier. Le baromètre LPI-SeLoger dévoilait ainsi fin août que les transactions avaient progressé de 7,9 % au cours de l'été. Une étude de Meilleurtaux.com met en avant une autre conséquence : il est désormais plus intéressant d’acheter certains logements que de les louer. « Les taux d'intérêt extrêmement bas ont nettement diminué le coût des emprunts », indique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.

En France, l’achat d’un 70 m2 est plus intéressant qu’une location au bout de 1 an et 9 mois (contre 2 ans et 9 mois en 2018 et 5 ans en 2014). Pour un 30 m2, l’acquisition vaut davantage au bout de 2 ans et 1 mois. « En enlevant les trois grandes agglomérations, que sont Paris, Lyon et Bordeaux, la durée de détention nécessaire tombe même à un an et trois mois », souligne Maël Bernier. Sur les 36 villes étudiées, le courtier dévoile que, pour un 70 m2, l'investissement est rentabilisé en moins de deux ans dans 27 villes. Parmi elles, c’est à Mulhouse, Perpignan et au Havre que l’investissement est plus intéressant (8 mois). A l’inverse, pour rentabiliser l’opération, il est nécessaire de rester 8,2 ans à Paris, 7,6 ans à Lyon et 6,5 ans à Bordeaux.

Il faut gagner 12 050 euros par mois pour acheter un 75 m2 à Paris

Si dans les faits, cette impressionnante chute des taux favorise l’achat, elle la complexifie également. Des villes comme Rennes (Ille-et-Vilaine), Nantes (Loire-Atlantique) ou La Rochelle (Charente-Maritime) ont ainsi constaté des hausses de prix de l’ordre de 10 %. A Paris, les prix atteignent des records : 60 % des arrondissements parisiens affichent un prix au mètre carré moyen à plus de 10 000 €. Selon des estimations du site Le Revenu, il est nécessaire de gagner 12 050 euros par mois pour se loger dans un 75 m2 à Paris. A Lyon, il faut 5 300 euros pour se loger dans une telle surface. Une situation qui freine une majorité d’acheteurs potentiels.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES