• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

Assurance crédit : la loi Hamon inspire la MMA !

Publié par le

Alors que la loi Hamon entrera en application dès le 26 juillet pour l’assurance crédit, l’assureur MMA propose un nouveau contrat. Une stratégie qui devrait placer l’assureur sur un marché déjà concurrentiel et lui rapporter de nouveaux assurés. Détails.

Nouvelle assurance emprunteur chez MMA

En juin dernier, MMA lançait un nouveau contrat d’assurance de prêt (emprunts immobiliers et à la consommation), pour une somme empruntée de 15 000 euros minimum.

Selon le communiqué du groupe, l’offre de MMA propose des garanties minimum offertes par les banques afin que ces dernières ne puissent refuser l’octroi de l’assurance à l’emprunteur. En effet, comme avant l’entrée en application de la loi Hamon, la délégation d’assurance permettait à un emprunteur d’opter pour une formule d’assurance auprès de la concurrence, mais la banque prêteuse pouvait toujours refuser le crédit si l’assurance concurrentielle ne correspondait pas à l’offre proposée à l’origine.

Ce nouveau produit d’assurance se présente donc comme « une alternative à la proposition des banques » à un tarif « attractif sur certaines tranches d’âge » par rapport aux contrats groupe des banques.

26 juillet : la loi Hamon entre en application

Dès fin juillet, les emprunteurs auront une année de réflexion pour trouver un meilleur contrat d’assurance de prêt que celui proposé par la banque. Si les emprunteurs avaient déjà la possibilité d’opter pour un autre contrat que celui de la banque via la délégation d’assurance, ils n’avaient que 15 jours comme délai de réflexion.

Pas assez pour la plupart des emprunteurs qui préféraient conserver celui de l’établissement prêteur.  Selon une étude de l’Observatoire des crédits aux ménages publiée en décembre 2013, seuls 21 % des emprunteurs utiliseraient la délégation d’assurance.

La loi Hamon devrait avoir un impact sur ce pourcentage : grâce à ce délai supplémentaire, les emprunteurs devraient davantage utiliser la délégation d’assurance. Conséquences ? De réelles économies sur l’assurance crédit et logiquement sur le coût total du crédit.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES