• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

Assurance-crédit : la loi Hamon reste sous-utilisée

Publié par le

Assurance prêt immobilier : avez-vous utilisé la loi Hamon ?

Lors de la présentation de son 22e observatoire du crédit immobilier, Meilleurtaux.com a dressé un bilan sur la loi Hamon qui, rappelons-le, permet dans ses dispositions relatives à l’assurance-crédit à l’emprunteur de changer de contrat pendant une année après l’offre de prêt immobilier, sous réserve du respect de l’« équivalence des garanties ». Explications.

La loi Hamon, cette grande inconnue

En théorie, la loi Hamon doit permettre d’ouvrir plus largement la concurrence sur le marché de l’assurance emprunteur. Toutefois, se séparer de son assurance peut encore apparaître comme un parcours du combattant.

Hervé Hatt, président de Meilleurtaux.com, courtier en crédit immobilier, assurance de prêt, crédit conso et rachat de crédits, estime en effet que le dispositif de la loi Hamon n’est invoqué pour changer d’assurance prêt immobilier que dans « 15 % des demandes ». En cause, selon Maël Bernier, directrice de la communication, la crainte de la « complexité administrative », la méconnaissance de ce nouveau cadre législatif ou encore la réticence de certains établissements bancaires.

Des économies avec la loi Hamon

Pourtant, la loi Hamon constitue un bon moyen de faire des économies selon Meilleurtaux qui prend l’exemple d’une personne âgée de moins de 35 ans qui emprunte 200 000 euros sur une période de 20 ans.

Avec l’assurance groupe (proposée par l’établissement prêteur), le coût représente 60 euros chaque mois et 14 400 euros pour la durée totale de l’emprunt. Avec la délégation d’assurance permise par la loi Hamon, l’emprunteur paye seulement 16,67 euros par mois et 4 000 euros sur la totalité du prêt immobilier contracté.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES