• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

Assurance-crédit : les 18-35 ans n'utilisent pas la loi Hamon

Publié par le

April Santé Prévoyance a récemment dévoilé un premier bilan pour son contrat d’assurance emprunteur pensé pour les jeunes accédants entre 18 et 35 ans. Selon le courtier d’assurance, ils ignorent assez largement ce qu’offre la loi Hamon, à savoir la possibilité de changer d’assurance prêt immobilier dans les 12 mois qui suivent la signature de leur emprunt. Explications.

Des primo-accédants en couple

Six mois après son lancement, l’offre d’assurance-crédit proposée par April Santé Prévoyance aux primo-accédants entre 18 et 35 ans vient de faire l’objet d’un premier bilan.

Selon le courtier, le profil type du souscripteur est un jeune de 30 ans, qui ne fume pas et qui a emprunté 165 000 euros sur 18 ans. De plus, les 3/4 des dossiers concernent des personnes en couple.

Autre enseignement : les souscripteurs de cette offre sont visiblement convaincus par son mode d’adhésion intégralement en ligne. En effet, plus de 75 % des souscriptions ont été conclues par signature électronique.

A noter enfin que le contrat proposé par April Santé Prévoyance va bientôt être complété par une garantie invalidité permanente partielle.

La crainte de ne pas obtenir de crédit

Depuis le 26 juillet 2014, le dispositif de la loi Hamon permet de changer d’assurance emprunteur au cours de l’année qui suit la signature du prêt immobilier. Malheureusement, selon April, ces dispositions de la loi Hamon demeurent peu utilisées.

Les derniers chiffres dévoilés par l’Association Française de l’Assurance (AFA) confirment cette tendance. En effet, d’après le bilan dressé par l’organisme, seuls 15 % des emprunteurs ont recours à la délégation d’assurance.

Pour expliquer cet état de fait, il suffit d’évoquer ce sondage Assurland qui signale que bon nombre d’assurés redoutent que leur établissement bancaire ne donne pas suite à leur demande de crédit s’ils optent pour une autre assurance prêt immobilier. Ils craignent aussi que les démarches administratives ne soient trop lourdes pour changer de contrat ou que le principe de la délégation d’assurance ne soit pas assez compréhensible.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES