Assurance crédit : les banques ne jouent pas le jeu de la loi Hamon

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance credit > Assurance crédit : les banques ne jouent pas le jeu de la loi Hamon

Actualité de l'assurance

Assurance creditVoir toute son actualité

Assurance crédit : les banques ne jouent pas le jeu de la loi Hamon

|
Consultations : 850
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance crédit : Economisez sur votre assurance crédit

Alors que depuis le 26 juillet 2014 les emprunteurs ont davantage de temps pour changer d’assurance emprunteur dans le cadre de leur emprunt, UFC Que Choisir révèle que les banques ne joueraient pas le jeu, notamment en bloquant l’accès à la délégation d’assurance.

Assurance de prêt : UFC Que Choisir dénonce les banques

Les assurés auraient du mal à faire valoir leurs droits en matière de délégation d’assurance. Avec la loi Hamon, depuis le 26 juillet 2014, les emprunteurs ont 12 mois à partir de la signature du prêt pour changer d’assurance crédit. En d’autres termes, les emprunteurs peuvent faire jouer la concurrence, un vrai manque à gagner pour les banques qui, semble-t-il, ne se laissent pas faire !

Pour avancer de tels propos, l’association de consommateurs aurait recueilli plusieurs témoignages de clients qui ne parvenaient pas à changer d’assurance emprunteurs dans le cadre de la loi Hamon. Or, comme il est possible que la banque refuse ce changement (notamment dans le cas de la non-équivalence des contrats d’assurance), UFC Que Choisir s’est ensuite tourné vers les établissements bancaires pour connaitre le détail des raisons des refus.

Ces clients qui ne parviennent pas à changer d?assurance emprunteurs dans le cadre de la loi Hamon Les assurés qui se sentent lésés évoquent des problématiques de délais ainsi que des demandes de pièces justificatives non justifiées. Non justifiées car il s’agirait le plus souvent de pièces que la banque a déjà en sa possession ou d’un courrier de renonciation à l’ancien contrat.

Mais que fait l’ACPR ?

Face à la mauvaise volonté des banques, le gendarme de banquiers et assureurs, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) va se pencher sur la question. Pour se prononcer, l’ACPR a besoin d’étudier les témoignages des clients.

Affaire à suivre donc. 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS