Assurance crédit : peu d'impact de la loi Hamon

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance credit > Assurance crédit : peu d'impact de la loi Hamon

Actualité de l'assurance

Assurance creditVoir toute son actualité

Assurance crédit : peu d'impact de la loi Hamon

|
Consultations : 864
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance crédit : Economisez sur votre assurance crédit

Pour les assurances crédit, les emprunteurs bénéficient de plus de temps pour passer d’un contrat de groupe souscrit par la banque prêteuse à un contrat individuel auprès d’un autre assureur, et ce grâce à la loi Hamon entrée en vigueur le 26 juillet 2014. Or, ce qui devait révolutionner le marché de l’assurance-crédit n’a finalement pas toujours eu l’impact prévu.

Loi Hamon : pas plus de délégation d’assurances de prêt

Selon la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), le délai supplémentaire accordé aux emprunteurs pour changer d’assurance crédit dans le cadre de la contraction d’un crédit immobilier n’a pas eu l’effet escompté. En effet, passant d’un délai de 15 jours suite à la signature d’un crédit à un délai d’un an, la loi Hamon devait permettre aux emprunteurs de faire jouer la concurrence entre les acteurs de l’assurance crédit.

Pourtant, la FFSA a publié la part de délégations d’assurance dans l’ensemble des cotisations d’assurance de prêt, le marché n’aurait pas évolué. Les assurances crédit déléguées représentent seulement 15,7 % des cotisations pour les prêts immobiliers, non loin des 15,6 % en 2013 et des 16 % en 2012.

Calculé sur la totalité des crédits à la consommation, pro inclus, la délégation ne représente plus que 11,8 % des versements 2014.

Assurance de prêt : quelles garanties souscrites ?

La loi Hamon n'a pas séduit les Français pour l'assurance de prêtL’assurance emprunteur est constituée de plusieurs types de garanties. A en croire la FFSA, ces garanties ne seraient pas toutes souscrites de manière égale, imposant même de réels écarts. C’est ainsi la garantie décès qui est le plus souscrite (70 %), suivi de la garantie incapacité-invalidité (27 %), tandis que la garantie perte d’emploi est de plus en plus délaissée (3 %). Les cotisations de ectte dernière garantie auraient baissé de 18 % en un an.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS