Assurance emprunteur : l'UFC-Que constate l'échec de la loi Lagarde

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance credit > Assurance emprunteur : l'UFC-Que constate l'échec de la loi Lagarde

Actualité de l'assurance

Assurance creditVoir toute son actualité

Assurance emprunteur : l'UFC-Que constate l'échec de la loi Lagarde

|
Consultations : 3097
Commentaires : 0
La loi Larage, cet échec

La loi Lagarde est censée favoriser la concurrence entre les bancassureurs et les assureurs indépendants. Les assurés pourraient profiter alors d’une prime d’assurance moins chère lors d’un prêt bancaire. Mais apparemment ce n’était pas le cas selon l’UFC-Que choisir.

« Autopsie d’un échec »

L’UFC-Que choisir dénonce aujourd’hui ce qu’elle qualifie d’échec de la loi Lagarde en brossant l’état des lieux. En effet, malgré la mise en application de cette loi, les assureurs des banques dominent encore sur toutes les opérations d’emprunt bancaire. Pire encore, les banques auraient conservé leur pratique abusive se permettant parfois de refuser l’assureur apporté par le client bien celui-ci fournit des niveaux de garantie équivalente sinon mieux que ceux des assureurs des banques. De plus, l’étude des dossiers prendrait aussi un délai de traitement anormal.

Une résiliation plus libre

Or selon la loi Lagarde, l’emprunteur peut choisir librement son assurance crédit du moment que le client peut présenter un assureur qui remplit les conditions d’éligibilité. Les banques ne doivent pas aussi tenir compte de cette option dans leur taux d’intérêt et doivent fournir un justificatif en cas de refus. L’UFC-Que Choisir estime que cette loi est passée complètement à côté de l’objectif fixé, car non seulement le client paie plus cher, mais les bancassureurs se font de plus en plus de marges (plus de 2,2 milliards d’euros chaque année). Elle souhaite donc que l’état intervienne pour instaurer une balise à cette pratique en réclamant le droit pour l’emprunteur d’une résiliation annuelle.

L’espoir des assurés de voir leur frais d’emprunt se réduire et celui des assureurs indépendants de profiter d’une concurrence saine s’estompe donc petit à petit. 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance SANTE Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS