• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance credit

Assurance emprunteur : Les sénateurs se penchent sur le sujet

Publié par le

Le projet de loi de consommation dans le cadre du projet Hamon visant à ouvrir le marché de l’assurance emprunteur à la concurrence sera discuté en deuxième lecture au Sénat. Trois ans après la mise en vigueur de la loi Lagarde permettant aux usagers de choisir librement leur assureur en matière de prêt immobilier, Bercy estime encore que la concurrence est insuffisante ce qui rend encore les tarifs trop élevés.

Le sujet du débat

Le débat portera sur les modalités d’une résiliation du contrat d’assurance en cours de prêt bancaire. Le gouvernement a récemment commandé à l’Inspection générale des Finances de sortir un rapport sur les propositions en faveur d’une plus grande liberté en matière de choix. Le rapport a révélé les éventuels dangers d’une segmentation de l’offre qui se répercutera sur les populations les plus fragiles. La Fédération Bancaires Française martèle néanmoins ce risque en se basant sur une étude réalisée pour le compte de l’Observatoire des crédits aux ménages.

L’étude a démontré que 85,5 % des ménages ayant contracté un emprunt depuis trois ans connaissent leur droit de libre choix pourtant 79 % d’entre eux décident de choisir l’assurance proposée par leur banquier. Par ailleurs, 63 % d’entre eux le font sans même envisager d’autres solutions. Le débat qui se déroulera lors de la seconde lecture du projet de loi vise aussi à réduire le délai de renégociation d’assurance emprunteur de 3 à 6 mois.

Situation de l’assurance emprunteur

Le marché de l’assurance de prêt immobiler est un marché lucratif. Selon les estimations du cabinet BAO Conseil, la marge dégagée sur les contrats d’assurance emprunteur est de 50 %. La responsable des études de BAO Conseil, Isabelle Tourniaire a souligné à La Tribune qu’ « En moyenne les emprunteurs paient 480 € d’assurance par an, si la marge était nulle, ils ne paieraient que 240 € ». 

La majorité des marges revient surtout aux banques qui distribuent les contrats d’assurance emprunteur mais non pas aux assureurs. En effet, 90 % de cette marge est empochée par les banques. Pas étonnant donc si les mutuelles et les compagnies d’assurance se réjouissent de la mise en place du projet de loi de consommation. Cela leur permettrait en effet, de profiter de ce marché en plein essor.

Cette ouverture du marché est aussi une excellente nouvelle pour les Français dont le pouvoir d’achat ne cesse de diminuer. Espérons que le gouvernement soit du même avis !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES