Assurance prêt immobilier

Dans plusieurs villes, l'augmentation de la taxe foncière peut coûter très cher

Publié par le , Mis à jour le 19/08/2021 à 17:27

Chaque année, les propriétaires français doivent payer la taxe foncière, un impôt local plus ou moins élevé en fonction de la ville dans laquelle se trouve la résidence. Parfois, il peut représenter une somme importante, en particulier dans les villes moyennes, de plus en plus prisées depuis la crise de Covid-19.

La taxe foncière : en augmentation constante depuis 10 ans

Aujourd'hui, de nombreux Français rêvent d'acquérir ou de changer de logement. D'une part, les taux sont au plus bas, ce qui abaisse le coût des crédits et peut être avantageux pour l'emprunteur. D'autre part, certains ont des envies d'extérieur, de balcons, de terrasses... La crise de Covid-19 et la généralisation du télétravail ont rebattu les cartes de la perception de l'espace.

Mais il faut prendre en compte une donnée cruciale : le montant de la taxe foncière. Sur les dix dernières années en France, elle a augmenté de plus de 31 %, d'après les chiffres de l'Observatoire de l'Union nationale des propriétaires immobiliers. Bien que cette hausse se soit un peu ralentie durant depuis 2014 (+12,1 % entre 2014 et 2019), cela représente plus de trois fois l'inflation.

En fonction des villes, le montant à régler varie grandement

Et en fonction de la ville, le montant de cette taxe peut grandement varier. Si à Paris les prix au mètre carré sont élevés, la capitale possède la taxe foncière la moins élevée en France, 745 euros en moyenne en 2020, d'après l'Observatoire de l'Union nationale des propriétaires immobiliers. Cela représente à peine plus de 62 euros par mois, à prendre en compte lorsque l'on contracte un prêt immobilier.

En revanche, la taxe foncière peut être bien plus onéreuse dans certaines villes, en particulier les villes moyennes. Nîmes possède la plus élevée, à 1 500 euros, soit 125 euros par mois. À Saint-Étienne, au Havre ou au Mans, elle oscille entre 1 000 et 1 500 euros. « À Nîmes ou Saint-Étienne, pour financer l'achat d’un 70 m², l'acquéreur peut emprunter à 1,10% (hors assurance) sur 20 ans et rembourser chaque mois respectivement 675 euros et 499 euros. Mais lorsqu'on ajoute le poids de la taxe foncière dans le crédit, c'est comme s'il empruntait à 2,9% sur 14 mois au lieu de 12 », analyse Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.

En 2021, de nombreuses villes augmenteront le montant de la taxe foncière

Il est également pertinent de mentionner qu'en 2021, un tiers des communes envisagent d'augmenter le montant de cette taxe, en moyenne de 2 % ou 3 %. Les communes justifient cette hausse par la compensation des pertes de recettes engendrées par la crise sanitaire et le maintien des investissements, tel que le précise en enquête de l'AMF.

Dans certaines villes toutefois, cette taxe se maintient depuis plusieurs années à un niveau plus acceptable, à Lille par exemple (72 euros par mois), Strasbourg (75 euros) mais aussi Lyon (74 euros). « Depuis 2018, ces villes n'ont quasiment pas connu de hausse de la taxe foncière. Un quasi-statu quo qui profite à ceux qui souhaitent y investir », explique Maël Bernier. Mais bien entendu, ces villes sont plus chères... Et il se pourrait bien que la modération du montant de cette taxe ne dure pas éternellement, en particulier avec la réforme des valeurs locatives, qui devrait entrer en vigueur en 2026...

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}