Assurance prêt immobilier

En région parisienne, les logements construits ont rétréci en 20 ans

Publié par le , Mis à jour le 06/09/2021 à 18:01

Entre les “passoires thermiques” et le prix au mètre carré exponentiel, le marché de l’immobilier en fait voir de toutes les couleurs aux habitants franciliens. Mais ce n’est pas fini : une étude de l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement montre, qu’en vingt ans, les logements neufs ont rétréci.

Les logements neufs rétrécissent

Dans le cadre de cette étude, 1 703 plans d’appartements construits ces 20 dernières années ont été examinés par l’IDHEAL. Il apparaît clairement que la qualité des logements a baissé, notamment par rapport à la surface de vie. Entre 2002 et 2020, la baisse des surfaces moyennes des logements est de 3,4 m carrés dans les Yvelines et jusqu’à 14,8 m carrés dans l’Essonne. 

Mais alors comment s’explique ce rétrécissement ? L’Institut des hautes études pour l’action dans le logement fait remarquer dans Le Parisien Paris qu’il a commencé à partir de 2011, après la crise de 2008. Et selon l’Institut c’est la conjonction de plusieurs facteurs : l’augmentation du prix du foncier, la création d’un plan de relance et de rachat, les nouvelles réglementations entrées en vigueur et aussi une forte demande de logements en région parisienne.

La loi Pinel est aussi un élément à prendre en compte. L’avantage fiscal de cette loi est optimisé pour un achat de 300 000 euros alors les promoteurs choisissent de les vendre à cette somme. Dans la région, les prix atteignant 5 000 euros par mètre carré, les appartements ont donc des surfaces de 60 mètres carrés et moins, ce qui donnent des trois pièces plus compactes ou une majorité de deux pièces. 

Une diminution de la qualité de vie

Au-delà des mètres carrés, c’est aussi la qualité de vie qui diminue. Ces rétrécissements créent des pièces compliquées à meubler. À titre d’exemple, 30 % des deuxièmes ou troisièmes chambres de ce type d’appartements ne peuvent pas accueillir un lit double de façon convenable. Autre problème, les espaces de rangement sont de moins en moins présents : 17 % des plans ne possède pas de placards intégrés et lorsqu’il y en a, ils sont petits. Quant au confort acoustique, pourtant important dans les immeubles, il est souvent fragile : 57 % des logements étudiés et postérieurs à 2010 ont des cloisons de 5 cm, la valeur minimale autorisée.

“Le logement est devenu un produit uniquement économique sur lequel on tire les prix”, dénonce Christine Leconte, présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes. À noter que le président de la Fédération des promoteurs immobiliers d’Ile-de-France dénonce une étude à charge, selon lui elle se base sur 1 700 plans de vente sur 20 ans alors qu’un million ont été construits. Pour lui, le problème en région parisienne est surtout le manque de logement.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}