Assurance credit

Immobilier de prestige : 71 % des acquéreurs ont entre 35 et 64 ans

Publié par le

Immobilier de luxe : quel est le profil des acquéreurs ?

Si l’immobilier de luxe fait rêver, il reste inaccessible pour de nombreux Français. Certainement le premier facteur qui fait de ces logements de prestige un rêve. Ce désir, d’autres peuvent néanmoins l’assouvir. Mais qui sont-ils ? Quel est leur profil ? Une étude de Lux-Residence.com nous éclaire sur ces acquéreurs de biens d’exception.

25 % des acquéreurs ont plus de 65 ans

Des biens de prestige. Depuis désormais 4 années, le site d'annonces immobilières haut de gamme, de Lux-Residence.com, fait un état des lieux de l’immobilier de prestige en France. Dans quelles conditions se trouvent les acheteurs, quelle est leur perception du marché mais aussi et surtout qui sont-ils ? Qui sont ces personnes qui acquièrent des logements dont de nombreux Français rêvent ? Présentée le 21 juin dernier, cette dernière étude nous apprend que ces acquéreurs sont de plus en plus jeunes. Selon le baromètre 2018, 71 % ont entre 35 et 64 ans (17 % entre 35 et 49 ans et 54 % entre 50 et 64 ans). Les plus de 65 ans représentent quant à eux 25 % des acquéreurs. Soit 9 % de moins que l’année dernière. Un rajeunissement qui provoque de facto une baisse du revenu annuel moyen. Alors qu’en 2017, 27 % des acquéreurs disposaient de revenus annuels nets supérieurs à 200 000 €, ils sont passés à 21 % en juin 2018. Ce qui équivaut à près d’un acheteur sur 5.

Ces acquéreurs sont plus également nombreux à être en activité. L’autre conséquence directe de ce rajeunissement est le fait qu’ils soient 11 % de plus à exercer une profession (66 % en juin 2018 contre 55 % en 2017). Parmi eux, 41 % exercent une profession intellectuelle supérieure, libérale ou occupent un poste de cadre. Les autres (25 %) sont chefs d’entreprises, artisans ou commerçants. Alors que les retraités représentaient 31 % des acquéreurs en décembre 2016, ils ne sont plus que 24 %.

Du côté de leur patrimoine, 54 % des acquéreur indiquent être propriétaire d’entre 2 et 5 biens. Soit 15 % de plus que l’année dernière. Si ces logements peuvent être répartis à travers le monde, 59 % des acheteurs déclarent résider en France. Parmi eux, 41 % habitent en région parisienne, 35 % résident dans le sud-est de la France, 9 % dans le nord de l’Hexagone, 10 % dans la région Nord-Est du pays et 5 % dans le sud-ouest. Mais tous ne vivent pas en France. Selon l’étude, 25 % résident à l’étranger.

La Côte d’Azur attire près d’un tiers des acquéreurs

Outre le profil des acquéreurs, l’enquête de Lux-Residence.com s’intéresse également à leur projet. Que désirent-ils acheter ? A cette question, 56 % répondent vouloir une nouvelle résidence principale, 26 % une résidence secondaire et 10 % recherchent un projet d’investissement patrimonial. Des biens qui n’occuperont pas la même fonction, mais qui sont tous vendus à un prix élevé, voir très élevé. Pour concrétiser leur projet, 50 % des acheteurs recherchent des biens estimés à moins d’1,5 million €. Les autres se tournent vers des logements vendus entre 1,5 et 2,5 millions € (22 %), entre 2,5 et 5 millions (8 %) ou encore entre 5 et 7 millions (2 %). Ils sont enfin 8 % à avoir un projet au-delà de 7 millions €.

Pour ce qui est du bien en lui-même, la propriété (ou villa) est le plus convoité (56 %). L’appartement est le second bien le plus recherché (15 %), devant les châteaux et manoirs (13 %). Peu importe le bien, les acquéreurs sont près de la moitié (46 %) à vouloir qu’il se situe à la mer. Vient ensuite la campagne (25 %) et la ville (21 %). La montagne est loin derrière puisqu’elle représente seulement 10 % des projets. Il n’est dès lors pas étonnent de voir que la Côte d’Azur est la région privilégiée pour acheter un bien d’exception. Elle récolte en effet 32 % des suffrages, devant la Provence (23 %), Paris et ses environs (13 %) et la Côte Ouest (13 %). « Nous observons un retour des investisseurs étrangers majoritairement Européens à Paris et sur la Côte d'Azur où ils représentent près de 40% de notre clientèle », explique David Scheffler, Président de Engel & Völkers.

81 % des futurs acquéreurs confiants quant à l’aboutissement de leur projet immobilier

Si les acquéreurs savent pertinemment ce qu’ils désirent, seulement 46 % sont certains qu’il s’agit du bon moment pour acheter un bien immobilier de prestige en France. Un chiffre en net recul comparé à l’année dernière puisqu’ils étaient 56 % à être aussi affirmatifs. Un ressenti qui ne devrait néanmoins pas mettre à mal leur projet. Selon l’étude de Lux-Residence.com, 81% ont confiance dans l’aboutissement de leur projet immobilier. Mais pourquoi sont-ils aussi nombreux à être pessimiste ? Quelle lecture du marché ont-ils ? Si pour 40 % des futurs acquéreurs le contexte économique Français devrait se stabiliser au cours des 6 prochains mois, 28 % penchent pour une dégradation. A l’inverse, 32 % se révèlent optimistes et évoquent une amélioration.

Pour ce qui est du marché, 35 % pensent que les prix de l’immobilier de prestige en France devraient baisser dans les 6 prochains mois, 40 % les voient se stabiliser et 19 % projettent une augmentation. Une conséquence de la politique menée par Emmanuelle macron et son gouvernement ? Pour 40 % la réponse est oui. La majorité estime en effet que le président de la République ne fait pas assez pour l’attractivité du pays sur ce marché de niche. Un sentiment qui n’est pas partagé par Thibault de Saint-Vincent, Président de Barnes : « A partir de 2015, le contexte post-électoral a marqué le début de la reprise du marché de l’immobilier haut de gamme en France. Ce phénomène s’est renforcé avec l’élection d’Emmanuel Macron qui a redonné confiance tant aux acteurs internationaux qu’aux acteurs locaux ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES