Assurance prêt immobilier

Immobilier : en 2021, des logements toujours plus chers et de moins en moins nombreux

Publié par le , Mis à jour le 12/02/2021 à 11:51

Devenir propriétaire coûte de plus en plus cher, et la crise n'y change rien. Selon les derniers indicateurs, les prix sur douze mois ont encore grimpé en janvier, tandis que le nombre de logements disponibles se réduit. Pour faire face à cette féroce concurrence, Assurland vous met à disposition quelques outils.

Sur les douze derniers mois, une hausse supérieure à 2019 et 2018.

Le baromètre publié début février par le site SeLoger nous offre quelques indications sur l’état de forme du marché de l’immobilier en France, et sur ses perspectives pour 2021. Pour l’heure, un seul constat s’impose : la hausse des prix se poursuit, et le nombre de logements disponibles ne cesse de se réduire.

Les effets de la crise sanitaire et économique que nous traversons depuis bientôt un an ne se font toujours pas sentir sur le marché immobilier. La demande demeure soutenue, et les prix continuent de grimper. Ils ont même davantage augmenté sur les douze derniers mois qu’au cours des années précédentes ! Sur un an, le prix de l’immobilier a encore progressé de 6,6%, tandis qu’il n’avait connu qu’une hausse de 4,7% en 2019, et de 3,5% en 2018. Imperturbable.

Le prix au mètre carré en France atteint désormais 3 687 euros. Difficile d’expliquer comment le marché immobilier peut apparaître à ce point déconnecté de l’état de l’économie, surtout au regard des grands difficultés traversées par d’autres secteurs : l’automobile, le tourisme, la culture… Selon un expert de SeLoger, une hausse égale à celle que nous venons de connaître entre janvier 2020 et janvier 2021 n’a pas été enregistrée depuis dix ans.

Les maisons deviennent perles rares

On peut toutefois déceler dans le détail de cette hausse des prix la façon dont le Covid-19 façonne les désirs des futurs propriétaires. En effet, l’augmentation de la valeur des biens est d’autant plus marquée pour les maisons, avec +7,5% sur les douze derniers mois dans l’ancien signé (contre +5,3% « seulement » en 2019, et +3,5% en 2018). Dans le neuf signé, l’inflation est de son côté de 5,2% sur un an.

Une tendance qu’avait déjà remarqué Antoine Mesnard, fondateur de Rectimmo.com, en novembre dans nos pages : « Le confinement a amené cette volonté de passer de l’appartement à la maison, par crainte de nouveaux reconfinements. Le soutien de la demande a été fort sur ce type de projet », constatait-il. Comme le remarque également SeLoger, la demande a bien muté pour se diriger vers des biens mieux situés et plus onéreux. 

La demande se compose donc aujourd’hui principalement d’acquéreurs à fort pouvoir d’achat, désireux de changer de cadre de vie en prévision de temps difficiles. Ces derniers sont les seuls à avoir pu passer outre le durcissement des conditions d’attribution des crédits immobiliers, qui est de plus en plus visible depuis l’année dernière et pénalise les foyers modestes.

L'augmentation des prix se constate partout

Avec uniquement des propriétaires à hauts revenus face à eux, les agents et cédants n’hésitent pas à négocier à la hausse, ce qui dope l’ensemble des prix. La hausse se propage en effet assez uniformément à l’ensemble de l’Hexagone. Certes, on a bien constaté au début une baisse de 0,1% des prix à Paris sur un an, avec un passage du coût du mètre carré sous la barre des 11 000 euros (10 350 euros en moyenne, désormais). Mais dans les autres métropoles le renchérissement des biens est toujours à l’œuvre, et s’étend même à leurs banlieues proches

Pour les maisons, les plus fortes hausses entre janvier 2020 et janvier 2021 ont été enregistrées : à Rennes (+12%), Lyon (+10,5%) et à Bordeaux (+8,7%). Concernant les appartements, l’inflation est plus soutenue à Strasbourg (+10,4%), Nantes (+9,6%) et à Rennes (+9,3%), mais Bordeaux, Lille, Lyon et Montpellier connaissent aussi une flambée supérieure à 8%.

Les acquéreurs peuvent-ils attendre encore une baisse ?

Après un tel début d’année, peut-on attendre enfin une baisse dans les prochains mois ? C’est ce que prédisent plusieurs experts, qui rappellent qu’il y a toujours un décalage d’au moins un semestre entre l’état réel du marché et le ressenti sur les prix. Les conséquences du Covid-19 pourraient donc attendre encore quelques mois pour se faire sentir.

En attendant, si vous souhaitez vous aussi devenir propriétaire cette année, Assurland met à votre disposition plusieurs outils pour vous aider à faire face à une concurrence féroce : un calculateur gratuit de votre capacité d’emprunt et un simulateur de la durée de votre futur prêt. Enfin, si vous voulez économiser sur votre crédit, nous vous conseillons également de comparer les assurances de prêt immobilier, afin de le couvrir au meilleur prix.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance prêt immobilier

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES