Assurance credit

Impôt à la source : sera-t-il plus dur d'obtenir un prêt immobilier ?

Publié par le

Le prélèvement à la source va-t-il affecter le marché immobilier français ?

A compter du 1er janvier 2019, l’impôt sera directement déduit du salaire en vertu du prélèvement à la source. Conséquence : la capacité d’emprunt se trouvera réduite auprès des établissements bancaires qui ne tiennent pas compte des impôts. Mais, quid des taux d’endettement ? Explications.

Un salaire moindre sans appauvrissement de l’emprunteur

Après quelques tergiversations, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu entrera officiellement en vigueur en début d’année prochaine.

A l’heure actuelle, pour calculer le taux d’endettement et par ricochet la capacité d’emprunt, les banques prêteuses ne tiennent pas compte des impôts. Elles s’intéressent surtout aux revenus de l’emprunteur ainsi qu’au « poids » des mensualités à rembourser. En théorie, le taux d’endettement ne doit pas excéder 33 %.

En outre, il est tenu compte des impôts sur le revenu pour calculer le « reste à vivre » qui correspond à l’argent restant à l’emprunteur lorsqu’on déduit toutes les charges de ses revenus.

Enfin, lorsque le prélèvement à la source s’appliquera de manière effective, les impôts seront directement déduits du salaire et la capacité d’emprunt sera entamée entraînant une perte de pouvoir d’achat immobilier. Pourtant, l’emprunteur ne sera pas moins riche.

Vers un traitement des dossiers distinct ?

Avec ce changement qui s’annonce, les banques vont-elles prendre la décision de procéder à une augmentation du taux d’endettement des emprunteurs pour atteindre peut-être jusqu’à 40 % ? Pour l’heure, HSBC est la seule banque à avoir sauté le pas et anticipé la réforme du prélèvement à la source.

En pratique, l’on pourrait assister à un traitement des dossiers de deux types. Ainsi, les banques se montreront peut-être moins intransigeantes avec les clients qui affichent une capacité d’épargne importante ainsi qu’une bonne gestion de leurs comptes et elles seront peut-être plus strictes avec les clients au profil plus « tendu ».

Du côté des emprunteurs qui, rappelons-le, ne doivent pas oublier de souscrire une assurance crédit, quel sera l’impact de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source ? Difficile de répondre dès aujourd’hui à cette question. Toutefois, les établissements bancaires craignent que cette mesure ne déstabilise les Français et se traduise par un certain attentisme des acquéreurs d’un bien immobilier. Affaire à suivre.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES